Focus sur les serres améliorées, une technologie durable au service de la sécurité alimentaire

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Dans la plupart des pays en développement, le secteur agricole demeure le principal moteur économique. Selon une étude publiée en 2016 par la Banque Mondiale, 65% des travailleurs pauvres dépendent de l’agriculture pour vivre. Néanmoins, les agriculteurs ne font pas face aux mêmes conditions climatiques et certains territoires situés en milieux extrêmes ne peuvent assurer des rendements nécessaires à une production vivrière. Dans un tel contexte, l’accès à une nourriture saine est rendu plus difficile et la sécurité alimentaire y est dès lors menacée. Les serres améliorées apparaissent comme une solution appropriée.

 

  • Qu’est-ce qu’une serre améliorée ?

 

Principalement utilisée dans des régions aux conditions défavorables à l’agriculture, ces infrastructures possèdent des propriétés thermiques avantageuses. En effet, les serres améliorées absorbent le rayonnement solaire et conservent la chaleur indépendamment des conditions climatiques extérieures. Ces serres rendent donc possibles les cultures légumières tout au long de l’année. A titre d’exemple, une serre de 400m² au Ladakh peut produire jusqu’à 360kg de légume par an.

  • Comment ça fonctionne ?

 

Chaque serre solaire comporte 3 murs à double épaisseur, avec une couche d’isolant insérée entre les 2 épaisseurs des parois. Des arceaux métalliques soutiennent un film plastique résistant aux UV qui laisse passer les rayons solaires. Dans certaines régions, le mur du fond des serres peut être peint en noir afin d’absorber encore mieux la chaleur en journée pour la restituer aux plantes à la nuit tombée.

 

  • La Fondation GoodPlanet s’engage au Ladakh pour la construction de serres améliorées

 

Au Ladakh et de Zanskar localisés au nord de l’Inde, dans l’Himalaya, environ 150 000 personnes vivent dans ces régions au climat désertique très rude. En effet, à cette altitude (>3000m), les hivers s’étalent sur 7 à 8 mois, avec des températures pouvant descendre jusqu’à -35°C. Les précipitations sont très faibles, la végétation rare et les saisons agricoles courtes (4 à 5 mois). Les conditions de vie des habitants sont difficiles, accentuées par l’isolement des villages dans des vallées peu accessibles, rendant incertains les approvisionnements alimentaires. Souvent carencées, les populations souffrent de sous-nutrition et de malnutrition et sont très vulnérables.

 

Depuis 2013, la Fondation GoodPlanet intervient au Ladakh dans le cadre de constructions scolaires bioclimatiques. Ces dernières ont permis la création de 2 nouvelles salles de classe (2014) et de 2 dortoirs d’internat (2016) à Shey Lamdon School. C’est à l’occasion de ce programme que ces problématiques alimentaires ont été mises en lumière, suscitant la mise en place d’un nouveau programme.

 

Ainsi, depuis 2017, la Fondation GoodPlanet et le LEHO (Ladakh Environment and Health Organization) mènent en partenariat un projet de construction de « serres améliorées » (soutenu par le fonds de dotation Stop Hunger) afin de pallier les problèmes alimentaires auxquels les populations locales font face. Parmi les résultats attendus :

  • 7 serres améliorées construites dans des internats ;
  • 1200 élèves accèdent à une meilleure alimentation et sont sensibilisés aux bienfaits de cette dernière ;
  • Multiplication par deux de l’apport en légumes verts dans les repas.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

Media Query: