La solution est dans l’assiette ! En selle Marcelle !

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

champselyseesvelib2

Saviez-vous que l’alimentation est responsable de 20 à 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre ? En effet, les produits alimentaires génèrent des émissions de CO2, de méthane ou encore de protoxyde d’azote pendant tout leur cycle de vie (agriculture, transports, utilisation, fin de vie, etc.). Pourtant, il existe aujourd’hui une myriade de solutions pour limiter l’impact de notre alimentation sur le climat. La Fondation GoodPlanet lancera une grande campagne autour de l’alimentation et du climat dans le cadre la COP21 : LA SOLUTION EST DANS L’ASSIETTE ! En attendant, nous vous faisons découvrir chaque semaine une solution concrète et une initiative exemplaire !

UN CHIFFRE CLÉ

Faire ses courses en voiture génère 3 fois plus de gaz à effet de serre que de prendre les transports en commun.

UN CONSTAT

Que nous dit le rêve américain ? Que chaque personne ayant « réussi » se doit d’avoir une voiture, plus ou moins grosse, plus ou moins neuve, et plus ou moins puissante, mais individuelle. D’ailleurs la voiture est aujourd’hui le principal moyen de transport en France : elle est utilisée dans 15% des déplacements quotidiens à Paris, 50 à 70% dans les grandes agglomérations, 75 à 85% dans les villes petites et moyennes et plus de 90% dans les territoires périurbains ou ruraux.

Pourtant, ce mode de transport a un véritable coût pour les citoyens et pour la planète ! D’un point de vue économique, conduire une voiture type citadine au quotidien représente un coût d’environ 6 000€ par an. D’un point de vue écologique, la combustion des carburants, l’extraction de matières premières pour produire les véhicules ou encore leur démantèlement en fin de vie sont autant de sources d’émissions de gaz à effet de serre.

UNE SOLUTION

Heureusement, il existe de nombreuses solutions pour réduire les impacts de nos voitures. D’un côté, on assiste à une forte croissance des offres de covoiturage. Or, plus on est dans une voiture, moins on émet de CO2 individuellement. C’est mathématique : les émissions de gaz à effet de serre sont divisées par le nombre de passagers ! De l’autre, pour ceux qui souhaitent conserver le confort et la praticité d’une voiture individuelle, les industriels ont fait de nombreux efforts de recherche et développement pour proposer des véhicules plus propres. C’est le cas des voitures électriques qui permettraient de réduire d’environ 65% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à un véhicule thermique comparable.

Mais le moyen de transport qui reste le moins impactant pour votre portefeuille et pour la planète, tout en étant bénéfique pour votre santé, c’est le vélo ! D’ailleurs, en ville et pour des distances inférieures à 6 km, le vélo est le moyen de transport le plus rapide ! Aujourd’hui, la Fondation GoodPlanet souhaite donc vous faire (re)découvrir une initiative déjà bien connue mais qui est un véritable succès dans de nombreuses villes : les vélos urbains en libre-service.

UNE INITIATIVE

La mise à disposition, gratuite ou non, de vélos en agglomération est une mesure appliquée par plus en plus de villes et communes françaises. Initialement lancée à La Rochelle en 1974 avec 350 Yélos, il y a eu depuis le Vélo’v lyonnais, le Vélam d’Amiens, le V-Lille lillois, le Libélo de Valence, le Vélib’ parisien et bien d’autres !

Le succès de ces bicyclettes urbaines est fulgurant : rien que pour les Vélib’, depuis leur lancement ils ont permis aux citadins de parcourir plus de 614 millions de kilomètres, soit 5 aller-retours Terre-Mars ! Et cela n’est pas uniquement imputable aux usagers noctambules (11 millions de trajets entre 1h et 6h du matin depuis le lancement) mais plutôt au fait que ce mode de consommation collaborative nous offre plusieurs avantages. Premièrement, nous ne risquons plus de nous faire voler notre bien. Ensuite, nous n’avons plus besoin d’en assurer la maintenance. Enfin, nous n’avons plus besoin d’un emplacement pour ranger notre vélo.

Dernier point, mais non le moindre : c’est un système bénéfique pour les communes puisqu’il permet de désengorger le trafic, de réduire la pollution, et d’assurer la forme physique des usagers.

Que demander de plus à un moyen de transport ?

UNE ASTUCE

Alors, ne disons plus « en voiture Simone » mais « en selle Marcelle » ! D’ailleurs, la Fondation GoodPlanet sera présente aux 24h du Vélib’ dimanche 14 juin sur les Champs-Élysées, donc que vous soyez abonné Vélib’ ou non, venez profiter d’une journée estivale et n’hésitez pas à venir nous voir !  Nous vous ferons part de toutes les bonnes astuces pour lutter contre le dérèglement climatique au travers de votre alimentation, vous pourrez participer à notre concours photo sur le thème du gaspillage alimentaire, et les plus sportifs d’entre vous pourront même pédaler aux couleurs de la Fondation et contribuer ainsi à notre levée de fonds : un geste écolo, citoyen, et qui fait du bien !

En savoir plus : 24h Vélib’

Media Query: