Une ville du Texas vote l’interdiction de la fracturation hydraulique

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

interdiction de la fracturation hydraulique

Des forages de gaz de schiste en Californie. © DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La ville de Denton au Texas vient de voter l’interdiction de la fracturation hydraulique sur son territoire. Mardi dernier, 58 % des votants de cette ville de 123 000 habitants se sont prononcés contre la poursuite de l’exploitation des gaz de schiste sur leur commune. C’est une première au Texas, état conservateur où l’exploitation des énergies fossiles joue un rôle primordial dans l’économie. Les firmes impliquées dans l’exploitation gazière avaient pourtant dépensé plus de 700 000 dollars pour faire échouer ce vote.

L’interdiction de la fracturation hydraulique là où elle est née

Le quotidien britannique  The  Guardian décrit Denton comme « certainement la ville la plus lourdement fracturée de tout les Etats-Unis ». Un tiers de la superficie de la ville est concernée par l’extraction des gaz de schiste. Les habitants se plaignent des nuisances : passage de camions, fumées et bruits. Denton se trouve sur le gisement de Barnett, l’un des plus importants du pays.  C’est aussi là où les technologies de la fracturation et du forage horizontale sont nées [pour en savoir plus, lisez le chapitre sur ce sujet du livre Gaz de schiste le vrai du faux]. Le scrutin a eu lieu à l’occasion des élections de mi-mandat durant lesquelles les électeurs sont conduits à élire leurs représentants au niveau fédéral et pendant lesquelles ils votent aussi sur des enjeux locaux.

Une remise en cause de la fracturation hydraulique

Pour les opposants au gaz de schiste et à la fracturation, il s’agit d’une victoire. « Cela doit être un signal envoyé à l’industrie :  si les habitants du Texas où la fracturation a été inventée ne peuvent pas vivre avec elle, alors personne ne le peut », affirme Sharon Wilson de l’ONG EarthWorks qui réside à Denton.

Bien que ce vote remette en cause les forages locaux, il risque d’abord d’entrainer de nombreuses batailles judiciaires puisque les compagnies gazières vont contester cette décision devant la justice. Le Républicain David Porter qui siège à la Commission des Chemins de fer du Texas (organisation du Texas qui gère l’énergie) regrette : « en passant cette loi, les électeurs de Denton ont cédé à la peur et ont accepté des déformations de la vérité. Cette interdiction basée sur la désinformation – et non sur les faits et la science – menace la renaissance énergétique du Texas et, par extension, son bien-être. » Il faudra donc attendre les prochains mois pour savoir si l’interdiction de la fracturation hydraulique prendra ou non effet. Et la question risque de prendre de l’ampleur puisque près de 15 millions d’Américains vivent à proximité d’un forage

Media Query: