Une lettre révèle le lobbying britannique sur les gaz de schiste au niveau européen

Publié le : Last updated:

lobbying

Le Premier ministre britannique David Cameron visite un site d’exploration des gaz de schiste © AFP PHOTO/POOL/Lindsey PARNABY

Une lettre confidentielle expliquant la stratégie britannique sur les gaz de schiste pour faire pression sur la Commission européenne a été dévoilée en début de semaine. Ce document fuite quelques jours à peine avant le moment où la Commission doit proposer des recommandations sur l’exploitation des gaz de schiste – des recommandations qui devraient inclure la conduite d’étude d’impact et des consultations mais ne devraient pas devenir contraignantes avant 2015.

Datée de novembre 2013, cette lettre écrite par le représentant britannique permanent auprès de l’Union européenne, Ivan Rogers, illustre les efforts des autorités britanniques pour empêcher la mise en place d’une législation contraignante sur les gaz de schiste en Europe, rapporte The European Voice. Bien que l’hostilité anglaise à l’encadrement de l’extraction des gaz de schiste ne date pas d’hier, la révélation de ce document fait apparaitre au grand jour les manœuvres des partisans des gaz de schiste.

Objectif : pas de législation pour encadrer l’exploitation du gaz de schiste

« Notre stratégie à court-terme est de nous assurer que lorsque le Paquet Climat-Energie sera présenté (ce qui devrait avoir lieu au plus tard en janvier), il contienne un solide guide. Ce dernier devra être proposé par le Royaume-Uni, il ne doit pas y avoir de proposition législative sur le schiste », écrit Ivan Rogers. L’objectif est donc de convaincre la Commission européenne d’abandonner son projet de réglementation sur les gaz de schiste au profit d’un guide, moins contraignant.

Un nombre limité d’alliés

Les Britanniques savent que peu de pays les soutiendront dans cette démarche. Il s’agit de la Pologne, de la Hongrie, de la Slovaquie et de la République tchèque. Ensemble, ils constituent un groupe trop petit pour former une minorité de blocage au sein de la Commission. Le Royaume-Uni envisagerait donc que la Commission échange un assouplissement sur les gaz de schiste contre un engagement de la Pologne à soutenir un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, la Commission souhaite afficher un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % pour 2030, et plusieurs pays, dont la Pologne, s’y opposent.

Lobbying et hypocrisie britannique ?

Pendant ce temps, le Royaume-Uni se lance dans l’exploitation des gaz de schiste. Total y a ainsi récemment obtenu des permis exploration. Pour les défenseurs de l’environnement, dont Tony Bosworth des Amis de la Terre, « cette lettre expose l’hypocrisie du gouvernement britannique. En public, le Premier ministre David Cameron et les autres louent les bienfaits d’une législation tandis  qu’ils font preuve de machiavélisme pour  affaiblir les lois et faire taire les préoccupations des autres états membres. »

Media Query: