Les chasseurs japonais de baleines dépendent de l’aide publique

Publié le : Last updated:

La chasse à la baleine nipponne dépend de l’aide publique

Le dépeçage d’une baleine d’une dizaine de mètres à Minami-Boso au Japon en 2006 © AFP PHOTO/YOSHIKAZU TSUNO

Les contribuables japonais paient en moyenne 6,6 millions d’euros par an pour subventionner la pêche à la baleine. Mais en 2011, ce montant a atteint 20 millions d’euros. C’est ce qui ressort d’une enquête conduite auprès des autorités japonaises par l’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) et dévoilée le 5 février. Cette étude sur le coût de la chasse à la baleine vise à démontrer que cette activité n’est pas rentable. Officiellement les Japonais pêchent des baleines pour des motifs scientifiques, cependant la plupart des prises finissent dans les assiettes. L’ONG de défense des animaux va même jusqu’à accuser le gouvernement japonais de  » détourner les fonds d’aide aux victimes du tsunami au profit de la chasse à la baleine. »

Par contraste, l’IFAW met en avant le fait que le tourisme d’observation des cétacés rapporte plus que leur chasse. Cette activité a en effet généré plus de 2 milliards de revenus dans le monde dont 22 millions pour le Japon en 2008.

Media Query: