Probo Koala : suite et fin

Publié le : Last updated:

Probo Koala : suite et fin Greenpeace A Toxic Truth Amnesty international

ESTONIE, Tallinn : Une photo du Probo Koala dans le port de Tallinn prise en Septembre 2006. L’Estonie avait alors immobilisé le cargo au cœur d’un scandale environnemental en Cote d’Ivoire et lancé une enquête criminelle après avoir découvert des déchets toxique à bords. © AFP PHOTO RAIGO PAJULA

La justice néerlandaise viens d’accepter un accord à l’amiable à hauteur de 67000 euro avec Trafigura Beheer BV, propriétaire du cargo incriminé dans l’affaire du Probo Koala.

En 2006, le Probo Koala avait acheminé des tonnes de déchets depuis les Pays-Bas vers la Côte-d’Ivoire pour les déverser illégalement au large d’Abidjan causant la mort de 16 personnes et l’intoxication de milliers d’autres selon le gouvernement du pays.

En acceptant cet accord, la justice néerlandaise s’engage à ne pas poursuivre le président de Trafigura, Claude Dauphin dans cette affaire. Ni lui, ni l’entreprise ne rendront donc jamais compte des pertes de vies humaines et des dégâts environnementaux causés par le largage illégal de ces déchets.

Pour Michael O’Brien Onyeka, directeur de Greenpeace Africa, co-auteur auprès d’Amnesty International du rapport « A Toxic Truth » sur l’affaire, « cette décision est une mauvaise nouvelle. Si les pays riches comme les Pays-Bas, ne font pas preuve de bonne volonté dans ce domaine, comment peut on attendre des pays les plus pauvres qu’ils puissent poursuivre des multinationales dans des affaires de crime contre l’environnement ? » note allAfrica.

Media Query: