Une prairie boisée pousse sur une ancienne décharge à New York

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

staten island united states new york etats unis fresh kills landfill decharge ile

ETATS-UNIS, Ile de Staten: Des journalistes marchent sur ce qui deviendra un nouveau parc à New York sur la décharge de Fresh Kills sur l’île de Staten, le 25 octobre 2006 à New York. La plus grande décharge au monde, qui a fonctionné de 1948 jusqu’à sa fermeture en 2001, est en train d’être transformée par la ville de New York, et le sera encore durant les trente prochaines années, afin d’en faire un parc original et récréatif, dont la surface sera le triple de celle de Central Park. Copyright AFP Photo / Timothy A. CLARY

Deux cents hectares de zone de décharge à Brooklyn sont devenus un écosystème de prairie, écrit le New York Times du 7 septembre 2009. Plus de 93% des 33 000 arbres et arbustes plantés depuis 2004 ont survécu jusqu’à aujourd’hui sur ce site qui servait jusqu’à il y a vingt ans de dépotoir pour les déchets ménagers, les débris de construction, les cendres d’un incinérateur d’amiante, etc. « On appelle ça la naissance d’une forêt », déclare John McLaughlin, qui dirige le programme de restauration écologique des décharges de Brooklyn pour le département fédéral de la protection environnementale. Le projet fédéral de réhabilitation de ces lieux a coûté environ 200 millions de dollars. Une faune composée entre autres d’oiseaux, comme l’harfang des neiges (une chouette), l’aigrette et le balbuzard, est déjà observée sur les anciens sites d’enfouissement des déchets.

Media Query: