Pollution lumineuse : sauver la nuit et la biodiversité

La hausse constante de l’éclairage public perturbe l’alternance entre le jour et la nuit. Aujourd’hui, 80 % de la population mondiale vit sous un ciel altéré par cette pollution lumineuse qui, en plus de représenter une consommation électrique conséquente, perturbe les rythmes naturels. Le Monde « Plan B » s’est penché sur ce problème dans ce reportage.

Ainsi, 99 % des Européens et des Américains ne voient pas le ciel tel qu’il est réellement. La lumière artificielle affecte également la biodiversité. Elle impose en un dérèglement du cycle jour-nuit auquel la faune et la flore ne peuvent pas à s’adapter. La pollution lumineuse se définit comme un excès nocturne de production lumineuse en milieu ouvert, d’origine humaine, conduisant à dégrader la perception de l’environnement.

Pour en savoir plus lisez notre entretien avec Anne-Marie Ducroux, présidente de l’ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne) qui aborde l’importance de la préservation de l’obscurité en France.

Ecrire un commentaire

Dans un sanctuaire centrafricain, chercheurs et pygmées alliés pour sauver le pangolin

Lire l'article