Un accord bénéfique pour la couche d’ozone et la santé

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Banquise de Ross et Mont Érebus, golfe de McMurdo, Antarctique (pôle Sud)
©Yann Arthus-Bertrand

Le protocole de Montréal signé en 1985 a mis fin à l’usage des substances appauvrissant la couche d’ozone. Préserver la couche d’ozone bénéficie à l’environnement et à la santé en limitant l’impact des rayons ultraviolets (UV) qui atteignent la surface du globe. En effet, les experts du Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP) ont estimé que l’accord, qui vise à la reformation progressive de la couche d’ozone, va empêcher 2 millions de cas de cancer de la peau chaque année d’ici à 2030. Il évite des dommages aux yeux, comme les cataractes, ainsi qu’aux systèmes immunitaires humains. La résorption du trou de la couche d’ozone est attendue pour la moitié du siècle.

Media Query: