50 % des stocks de poisson sont exploités au maximum de leurs possibilités

Publié le : Last updated:

pêche

Bateau de pêche traditionnel au large de la ville de Shanghai, République populaire de Chine. (31°12’ N – 121°30’ E) © Yann Arthus-Bertrand

Incertitudes sur l’avenir des pêcheries. Si la surexploitation des océans continue, une majorité des produits de la mer commercialisés pourrait se raréfier en 2050. Les scientifiques alertent sur les conséquences de la surpêche. Même la prudente FAO estime que la situation n’a jamais été aussi dégradée qu’aujourd’hui : la moitié des stocks de poisson sont exploités au maximum de leurs possibilités (donc leurs captures ne peuvent pas être augmentées sans danger). Des navires et des filets plus grands, l’augmentation de leur puissance, sonars et radars, permettent aux flottes de pêcher plus loin et plus profond, et surtout à un rythme plus soutenu que celui du renouvellement des poissons. Conscient des risques, le secteur évolue : des labels certifient désormais les pêcheries responsables pour aider le consommateur à mieux choisir.

Media Query: