PIB

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

Le PIB par habitant, un indicateur de production économique

Le produit intérieur brut ou PIB correspond à la somme des valeurs ajoutées des productions de l’économie monétaire. En d’autres termes, c’est la somme des « richesses » agricoles, industrielles et de services produites en une année.

Le rapport entre le PIB d’une année et celui de la précédente détermine le taux de croissance économique sur cette période. Parallèlement, le PIB de chaque pays, divisé par le nombre de ses habitants, est l’un des plus anciens indicateurs utilisés depuis les années 1940 pour essayer de mesurer le « développement ». Afin de tenir compte des différences de niveau des prix selon les pays, le PIB/habitant est souvent calculé en parités de pouvoir d’achat (PPP), c’est-à-dire pondéré selon le prix d’un panier de biens.

Trois grands types de critiques lui sont cependant opposés :

– il n’indique pas si la répartition des « richesses » est équitable au sein de la population,

– il ne prend pas en compte ce qui est non monétaire (autoproduction, autoconsommation, bénévolat, secteur « informel »),

– il ne tient pas compte des dégradations environnementales, ni de l’épuisement des ressources non-renouvelables.

Une sélection de pays représentatifs des situations économico-politiques mondiales montre les limites de cet indicateur. Parmi les PIB les plus élevés, on trouve intercalés ceux de pays que l’on peine à qualifier de développés. Ainsi, Hong Kong a un PIB/habitant supérieur à celui du Japon, Singapour a une valeur similaire à celle de la France et les Émirats Arabes Unis à celle de l’Espagne. La Corée du Sud dépasse le Portugal. On pourrait interpréter cela comme un signe du « décollage économique » des nouveaux pays industrialisés (NPI) d’Asie orientale. Ce n’est pas forcément infondé dans la logique de croissance, notamment pour la Corée du Sud. Cependant, ces situations révèlent aussi des biais structurels. Des pays bénéficiant d’une rente pétrolière ou accueillant des entreprises étrangères en pratiquant le dumping social ou fiscal peuvent être projetés en tête du classement sans que la qualité de vie de la majorité de la population ne suive.

On peut aussi remarquer que le PIB/habitant de la Russie, ancienne 2e puissance mondiale du temps de l’URSS, la place désormais après l’Argentine et l’Afrique du Sud. Cela révèle l’ampleur de l’effondrement de l’économie post-soviétique, mais ne traduit pas forcément les niveaux industriels et technologiques effectifs.

Le reste du classement témoigne relativement bien de la représentation classique du monde selon la logique de « développement », avec des pays d’Amérique latine côtoyant des NPI asiatiques. La Chine occupe un classement encore assez bas au regard de son rôle actuel dans l’économie mondiale en raison de l’importance de sa population. Dans cette approche, l’Afrique, surtout sub-saharienne, apparaît comme la région la plus en difficulté, y compris pour la Côte d’Ivoire ou le Sénégal qui furent pourtant longtemps présentés comme des exemples de réussites.

Source des données statistiques : Banque Mondiale.

GDP per capita: indicator of economic production

Gross domestic product, or GDP, is the total value added of a country’s economic activity, assigned a monetary value. In other terms, it is the sum of agricultural and industrial goods and services produced over the course of a given year.

The difference between GDP figures from one year to the next determines a country’s economic growth over the same period. Likewise, GDP per head is one of the oldest economic indicators, used since the 1940s to measure “development”. To allow for differences in prices, GDP/head is often calculated in terms of purchasing power parity (PPP), which establishes a weighted price for a given basket of goods.

GDP figures nevertheless are criticised on three main grounds:

– it does not reveal whether wealth distribution is equitable;

– it does not include non-monetary aspects of the economy (self-production, self-consumption, volunteering, the informal sector);

– it does not take into account environmental degradation or depletion of non-renewable resources.

A selection of countries representative of the world political-economic situation demonstrates the limits of this indicator (see table). Some of the highest reported GDP figures come from countries which are otherwise barely developed. In terms of GDP per head, Hong Kong ranks higher than Japan; Singapore is on a par with France; the United Arab Emirates is similar to Spain; and South Korea outperforms Portugal. The data could be interpreted as a sign of the “economic takeoff” of eastern Asian newly industrialised countries (NIC). From a growth standpoint, such reasoning is not wholly unfounded, especially in the case of South Korea. However, these performances reveal structural bias. Countries with oil revenues and those attracting foreign companies by social and fiscal dumping may be pushed to the higher rankings, whilst the standard of living for the majority of their population does not follow suit.

It is interesting to note the GDP/head of Russia, erstwhile number two world power in the days of the Soviet Union. The country now ranks after Argentina and South Africa. While this situation reveals the scope of post-Soviet economic collapse, it does not necessarily indicate the country’s actual industrial and technological achievements.

Other GDP figures fit in relatively well with traditional pre-conceived notions of “development’, with Latin America on a par with Asia. China is still ranked fairly low in spite of its current role in the world economy, because of the size of its population. Africa, especially Sub-Saharan Africa, is the most struggling region, including Côte d’Ivoire and Senegal which were for many years cited as examples of success.

Media Query: