Soudan

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Soudan

Khartoum – Soudan – © AFP- photo Khaled Desouki

Le Soudan, avec 2,5 millions de km², est le plus grand pays du continent (8 % de sa superficie), au carrefour du monde arabe et de l’Afrique noire. Le pays constitue une vaste plaine traversée par le Nil Blanc et le Nil Bleu et bordée à l’ouest et à l’est par des montagnes. Il n’a qu’une frontière naturelle : 853 km de bordure sur la mer Rouge. Sur les 40 millions d’habitants, plus de 2 millions se concentrent dans la capitale Khartoum.

Enjeux

Migrations : La guerre civile pèse évidemment sur tout le pays. Le nombre de déplacés et de réfugiés s’élève à 5 millions.

Déforestation : le Soudan a perdu un tiers de ses forêts depuis 1956 : 40 % au Sud-Soudan et la majorité du nord à cause de l’agriculture sur brûlis et du besoin en bois de chauffage. Le déboisement s’étend jusqu’à 10 km autour des camps au Darfour.

Désertification : la croissance du cheptel (de 27 millions d’animaux en 1961 à 135 millions en 2004) a conduit au surpâturage, ce qui explique en partie l’extension du désert vers le Sud (d’environ 100 km).

Energie : d’ici 5 à 10 ans, l’approvisionnement en charbon des contrées du nord ne sera assuré que par les gisements du Sud-Soudan et du Darfour ; le charbon est donc une source potentielle de conflit entre le Nord et le Sud.

Eau : la question de l’eau est essentielle dans le pays. Elle a joué un rôle dans le déclenchement de la guerre civile – quand un canal était creusé pour assécher les marais du Sudd –une zone humide de plus de 5 millions d’hectares dans le sud du pays.

Une sédimentation croissante a réduit de 60 % la capacité du barrage de Sennar sur le Nil Bleu et de plus de 50 % celle du barrage de Khashm el Girba sur l’Atbara. Trois nouveaux barrages sont prévus sur le Nil, dont le projet Méroé (mis en service vers 2009) qui occasionnera l’érosion des berges, la perturbation des écosystèmes aquatiques…

Changement climatique : les précipitations, qui fournissent 20 % des ressources en eau douce du pays, sont en baisse, un facteur de stress supplémentaire pour les populations pastorales. La récente découverte (grâce aux satellites) d’un immense lac souterrain ancien soulève des espoirs, mais, selon les géologues, il se serait asséché il y a des milliers d’années.

Espaces protégés : le parc national de Dinder mesure plus de 7000 km2. Les marais du Sudd ont été classé site Ramsar en 2006.

Acteurs

Balgis Osman-Elasha, scientifique soudanaise, a été nommée championne de la Terre en 2008 : elle est travaille sur le changement climatique et participe à la sensibilisation des jeunes dans les universités soudanaises.La Société soudanaise pour la protection de l’environnement travaille également sur ce point.

sudan - soudan
sudan - soudan
Media Query: