Nigeria

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Nigeria

Lagos – Nigéria – des gens essayent de se frayer un chemin entre les transports en commun et les camions à l’arrêt de bus d’Oshodi à Lagos en février 2006. © AFP- photo Pius Utomi Ekpei

Sur 923 768 km2, le Nigeria rassemble 20 % de la population totale de l’Afrique sub-saharienne. C’est pourquoi on le surnomme parfois le ‘Géant de l’Afrique de l’Ouest’ avec sa capitale économique Lagos, où se concentrent plus de 15 millions de personnes. Le Nigéria est le dixième exportateur mondial de pétroles, mais les richesses sont très mal redistribuées. Dans la région du delta du Niger, au sud du pays, la minorité Ijaw s’oppose au gouvernement et des groupes armés s’attaquent aux entreprises pétrolières.

Enjeux

Pollution pétrolière : le boom pétrolier amène son lot de malédictions. Bien que déclaré illégal dès 1984, le torchage de gaz reste le premier fléau et le Nigéria figure au 2e rang des pays émetteurs de gaz torchés, derrière la Russie. Sur 50 ans, 1,5 million tonnes de pétrole ont été déversées dans le delta du Niger et les compagnies pétrolières ont été traînées en justice par les populations locales.

Désertification : alors que 40,5 millions de tonnes de bois sont consommées par an pour se chauffer et cuisiner, 35 % des terres arables du nord du pays ont déjà été ensevelies par le désert ; le phénomène n’épargne plus le Sud.

Déforestation : Au nord, la quasi-totalité des forêts a disparu. Puisque près de 80 % des 50 millions d’arbres plantés chaque année (dans le nord) périssent par manque d’eau, la National Tree Planting Campaign est interrompu.

Déchets électroniques : sur les 400 000 ordinateurs et écrans usagés qui pénètrent dans le pays chaque mois. Près de 75 % sont hors d’usage, or, le pays ne dispose d’aucune capacité de recyclage.

Acteurs

Parmi les ONG qui résistent aux multinationales pétrolières, on peut mentionner Environmental Rights Action, créé en 1993. En 1995, Ken Saro-Wiva, leader du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP), qui dénonçait à la fois le gouvernement nigérian et les dommages environnementaux de Shell a été executé.

En moyenne, Lagos produit 9 000 tonnes de déchets par jour, dont près de 80 % sont recyclables. Grâce au programme intitulé Zero Waste, les déchets organiques – qui représentent environ 60 % des immondices – sont recyclés en compost pour la création d’espaces verts dans la ville et pour les agriculteurs locaux. En 2008, la ‘Lagos State Waste Management Authority’ ou LAWMA a l’intention de doubler la quantité de déchets recyclés et créer de nouveaux emplois. Elle lance aussi une campagne de sensibilisation pour alerter la population sur le brûlage des déchets électroniques.

nigeria
Media Query: