Iran

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Iran

Qeshm island – IRAN – un navire citerne iranien navigue sur la côte de l’île de Qeshm, en février 2001. © AFP- photo Henghameh Fahimi

Avec une superficie de 1 648 000 km², ce pays de 68 millions d’habitants est situé dans une région à risque sismique des plus élevés. Au nord, la mer Caspienne, considérée comme le plus grand écosystème fermé du monde, est alimenté par le fleuve Safid. Le fleuve Karun (850 km de long) est la seule voie navigable du pays. C’est dans ce pays de montagnes, de steppes arborées et de zones désertiques, qu’a vu le jour l’oiseau mythique des contes perses, le Sîmorgh.

Enjeux

Pollution de l’air : la pollution des grandes villes dépasse de 40 % à 340 % des normes de l’OMS. Dans la capitale iranienne, Téhéran (12 millions d’habitants), classée au 6e rang des villes les plus polluées, la pollution automobile atteint des records tout comme la mortalité liée aux émissions. A tel point que certains jours, les écoliers sont privés d’école.

Désertification : en 2002, 124 villages de la province de Sistan-Baluchistan, au sud-est du pays, ont été abandonnés, et l’ensablement s’aggrave avec des années consécutives de sécheresse.

Mer Caspienne : La pollution de celle-ci est un grand enjeu transfrontalier : 65 % de la contamination provient des eaux usées rejetées par l’industrie lourde. Les autres déchets sont les insecticides et produits toxiques utilisés dans l’agriculture et rejetés sans traitement. Au cours de son exploitation, un seul puits de pétrole déverse en mer entre 30 à 120 tonnes de pétrole,…

Biodiversité : En 20 ans, la pollution et le braconnage ont eu pour effet une baisse de 90 % des esturgeons dans la Caspienne, passés de 142 à 12 millions, selon la CITES. Dans la région du Dasht-e Kavir (le Grand Désert salé), il existe encore quelques guépards d’Asie. Au sud, l’augmentation du niveau de la mer dans le golfe Persique et la mer d’Oman entraînent la dégradation des forêts de mangrove. C’est dans la ville de Ramsar que fut signée en 1971 la Convention sur les zones humides.

Acteurs

De nombreuses ONG et associations sont le fruit d’initiatives étudiantes : Avâye Sabz (société de la voix verte) ou Green Front of Iran, par exemple.

Plusieurs associations luttent contre la pollution à Téhéran rassemblent, et notamment de nombreuses mères de familles : Women’s society against air pollution.

Il existe une société iranienne des défenseurs de l’environnement. Un parti vert d’Iran (Hezb-e sabzhâyeh Irân) est basé au Québec.

iran
Media Query: