Egypte

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Egypte

Nil- Egypte © Yann Arthus- Bertrand

L’Egypte se trouve à l’est du désert du Sahara, avec 2 450 km de côtes sur deux façades maritimes : l’une sur la Méditerranée et l’autre sur la mer Rouge. Avec plus d’un million de km², le pays est couvert à plus de 90 % de déserts stériles. Le Nil est la principale source de vie du pays, il le traverse sur environ 1 500 km du nord au sud. Dans le sud, le haut barrage d’Assouan a été conçu pour maîtriser les crues du fleuve, développer l’irrigation et produire de l’énergie. Il est à l’origine du lac Nasser. La population est passée de 10 millions d’habitants en 1900 à 78 millions en 2007, dont 99 % vivent sur 4 % des terres.

Enjeux

Changement climatique : le quart du delta du Nil risque d’être inondé, ce qui va toucher près de 10,5 % de la population.

Pollution des sols : plus de 23 millions de mines et autres engins explosifs non explosés (UXO) provenant de la Seconde guerre mondiale sont dispersés sur le territoire (dont 17,2 millions au désert de l’ouest), soit 20 % du total des mines dans le monde.

Barrage d’Assouan : le 2e plus grand barrage du monde ? juste après celui des Trois Gorges ? a été inauguré en 1971. 150 000 Nubiens ayant été évacués et relogés, il a perturbé toute la région. Les trésors archéologiques qui n’ont pas été engloutis sont menacés par les pluies qui ont pour origine l’évaporation de l’eau du lac Nasser. Les apports en sédiments pour le delta du Nil diminuent (déficit de 150 millions de tonnes par an), ce qui entraîne un recul du delta du Nil. Le limon aussi manque en aval et les agriculteurs se trouvent contraints à utiliser des engrais, ce qui contribue à faire du Nil l’un des fleuves les plus pollués du monde. Il a toutefois permis au pays de s’électrifier et permis au Soudan d’augmenter ses surfaces irriguées.

Pollution au Caire : le nuage noir qui survole la première métropole arabe et africaine présente de graves risques pour la santé de ses 16 millions d’habitants. La ville a un taux de pollution 10 fois supérieur à l’indicateur global redéfini par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS).

Déchets : les agriculteurs, une fois la récolte de riz achevée, s’empressent de brûler la paille, pour consacrer leur terres à d’autres cultures. Des mesures de rétorsion – y compris des amendes pour les cultivateurs de riz – ont été prises. Mais elles sont sans résultat.

Acteurs

Un centre dédié aux énergies renouvelables en Orient et en Afrique du Nord (RCREEE) a été inauguré en juin 2008 dans la banlieue du Caire (Nasser City), pour mener les recherches notamment sur les énergies solaire et éolienne.

L’Association pour la protection de l’environnement (APE) s’occupe particulièrement du recyclage des déchets et des pauvres.

L’agriculture bio est en essor et occupe une superficie de 25 150 ha. Diverses ONG sont actives dans ce domaine dont Egyptian Center of Organic agriculture Society (ECOAS).

Media Query: