Chine

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

chine

Des ouvriers sur le chantier de la nouvelle station de métro de Shanghai. © AFP- photo Mark Ralston

L’Empire du milieu’ (zhongguo ; zhong = milieu, guo = pays) couvre 9 600 000 Km2, avec 18 000 km de côtes. Au nord, dans le Xinjiang, le bassin du Tarim est le plus vaste bassin intérieur de la planète. Il englobe le plus grand désert de Chine, le Taklamakan, ainsi que son plus grand lac salé, le Lob Nor, proche d’un site d’essais nucléaires. La croissance économique du pays implique une consommation d’énergie proportionnelle.

Enjeux

Climat et énergies : La Chine est devenue depuis 2008 le plus gros émetteur de gaz à effet de serre de la planète. Cela est dû en particulier à ses nombreuses centrales à charbon. Elle en construit une nouvelle par semaine : 70 % de son énergie provient du charbon et de ses dérivés. Avec 11 centrales en service, le nucléaire fournit moins de 2 % de l’électricité du pays. Les conséquences de l’exploitation des gisements d’uranium, surtout au Tibet aux alentours du lac Qinghai (ou Kokonor), sont peu commentées.

Désertification : elle progresse et va de pair avec l’accroissement du nombre de tempêtes de sables (400 % de plus que durant la décennie précédente) : près de 24 000 villages ont été totalement ou partiellement abandonnés au cours des 50 dernières années.

Eau et barrages : un tiers des 85 000 barrages et réservoirs est mal entretenu, comme les tremblement de terre de mai 2008 l’ont montré – plusieurs menaçaient de s’effondrer. Mais pour fournir 30 % au lieu de 20% de l’électricité du pays, il va falloir édifier 25 000 barrages avec son cortège de terres agricoles perdues ou inondées et des populations déplacées de force. Les dégâts environnementaux du barrage des Trois Gorges –qui a nécessité le déplacement de plus d’un million de personnes, commencent à se faire sentir.

Accès à l’eau et pollution : 70 % des rivières et lacs du pays sont pollués. Un tiers de la population n’a pas accès à l’eau potable. Si Le Yang Tsé et ses 700 affluents alimentent 40 % du territoire et 70 % des rizières, 25 milliards de tonnes de déchets sont déversées dans ses eaux chaque année.

Pollution de l’air : elle serait responsable de la mort de 400 000 personnes par an et de 750 000 décès prématurés. La ville de Linfen (au nord-est) est la deuxième ville la plus polluée du monde, d’après le Blacksmith institute : les automobilites roulent tous phares allumés même en plein jour à cause du brouillard noirâtre.

Surpêche :En 10 ans, le mer de Chine a perdu 16 % de ses récifs coralliens et de ses mangroves littorales et 30 % de ses algues.

Tourisme : quand 40 000 touristes s’aventurent chaque année sur le ‘toit du monde’, cela se traduit par 100 tonnes de déchets qui s’accumulent sur les pentes de l’Everest.

Urbanisme : Les architectes ont conçu – dans l’optique de l’Exposition universelle de Shanghai de 2010 – un modèle de ‘ville écologique du futur’, baptisée Dongtan. Shenzhen, dans la baie de Hong Kong, est aussi en pointe des énergies alternatives.

Acteurs

Le Ministère de la protection de l’environnement a été créé le 27 mars 2008.

Le Centre de recherche pour le public et l’environnement, une ONG locale qui a dressé une carte de la pollution de l’air et des pollueurs industriels.

Deux écologistes (Wu Li Hoy et Wu Li Hong) font l’objet de mesures de répression pour avoir dénoncé des situations comme celle du lac Taihu dans la province du Jiangsu ou créé un site Internet informant sur des cas de pollution. La journaliste Dai Qing, qui fut l’une des premières à attirer l’attention sur les problèmes du barrage des trois gorges, a été emprisonnée dix mois en 1989.

Depuis 2003, des consultations publiques sur l’impact environnemental ont été lancées pour chaque grand projet, et qui prennent en compte les opinions Ma Jun, qualifié de ‘plus grand environnementaliste de Chine’ dans Time Magazine. Ancien journaliste, qui s’est fait connaître en 1999 avec son livre La crise de l’eau en Chine, il dirige l’Institut des affaires de l’environnement à Pékin.

L’initiative « choix écologique » a été lancée à l’initiative de 21 ONG chinoises pour inviter les consommateur à prendre en compte l’environnement dans leurs choix.

chine
Media Query: