Algérie

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Algérie

El Kala, Algérie © Yann Arthus-Bertrand

Avec 85 % de désert saharien et seulement 3 % de terres cultivables, l’Algérie est le 2e plus grand pays d’Afrique. Au nord, les montagnes Atlas longent sur 1 000 km la côte méditerranéenne, où vivent 80 % des 33,8 millions d’habitants ; au sud, se dresse le massif du Hoggar. Le pays est classé 12e producteur mondial d’hydrocarbures et 2e exportateur mondial de gaz, mais on y trouve aussi fer, phosphate, uranium, plomb, zinc.

Enjeux

Désertification : sur les 238 millions d’hectares de superficie totale, outre les 200 M occupés par le Sahara, 20 M sont touchés par la désertification et 12 M par l’érosion hydrique ; 74 % du wilaya (département) de Naâma (ouest) se désertifient, alors qu’au sud, l’ensablement est contré dans le wilaya d’Adrar par l’implantation d’arbres autour des dunes et des palissades de palmiers le long des cimes des dunes.

Eau : la plus grande usine de dessalement au monde est en cours de réalisation près d’Oran et couvrira les besoins de 5 millions de ménages. Dans le nord du pays, un nombre important de barrages s’enfoncent quasi totalement dans la vase.

Déforestation : en 150 ans, le patrimoine forestier algérien a été amputé de 5 millions d’hectares ; il ne représente plus que 1,5% de l’ensemble du territoire.

Pollution : la mauvaise qualité de l’eau de l’oued El Harrach, qui se déverse dans le port d’Alger, dépasse de 400 fois les normes établies par l’OMS ; des ‘cocktails’ de mercure, cuivre, plomb, nickel, arsenic, cadmium et chrome menacent également les ports d’Arzew et de Béthioua (côte algéroise).

Espaces protégés : le parc national du Tassili (sud) est considéré comme le plus grand musée naturel au monde ; le parc d’El Kala, une zone humide à l’est du pays et qui accueille un tiers de la flore d’Afrique du Nord, est menacé par la construction de l’autoroute Est-Ouest.

Acteurs

Le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’environnement et président de la Fondation Déserts du Monde, Cherif Rahmani, a reçu du PNUE le prix des “Champions de la terre 2007”. Plusieurs lois et décrets ont été promulgués dans le but de rattraper le retard algérien en matière d’environnement. Le ministère a organisé une journée sans voiture le 16 mai 2008.

L’association nationale de volontariat Touiza (Algérie) œuvre pour la sauvegarde des ressources en eau et du savoir-faire ancestral (notamment dans les oasis) ; elle a mené des projets dans 4 oasis de l’Adrar visant la remise en état des foggaras (galeries creusées sous terre pour permettre l’irrigation) pour drainer l’eau des nappes phréatiques jusqu’aux oasis. Avec le programme MAB de l’Unesco, elle a réalisé un kit éducatif pour la lutte contre la désertification.

La campagne ‘Clean up the Med’ (Nettoyons la Méditerranée) a mobilisé diverses associations algéroises pour le nettoyage du littoral, dont les associations Découverte de la nature.

Le magazine bimestriel ‘l’Echo de l’environnement algérien’ a été lancé 2005 L’objectif est de sensibiliser et mobiliser l’ensemble des acteurs pour de meilleures solutions garantissant un avenir meilleur et sain aux générations futures.

Le Mouvement Écologique Algérien (MEA) s’occupe de la pollution, le reboisement, la désertification et le recyclage, et se bat pour la réouverture attendue du Jardin d’Essai du Hamma (80 ha), l’immense jardin botanique d’Alger où fut tourné le premier film ‘Tarzan’.

algérie
Media Query: