Oil And Wildlife Don’t Mix In Ecuador’s Eden

Published on: Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

equateur yasuni parc national indigene fleuve napo amazonie

EQUATEUR, Parc national de Yasuni: Un homme indigène navigue le long du fleuve Napo, qui traverse le parc national de Yasuni, dans la région équatorienne de l’Amazonie, à 300 km à l’est de Quito, le 16 mail 2007. L’exploitation de bois disproportionnée dans le parc, en particulier des cèdres et des arbres de mahogany, menace la survie des quelques groupes restants de peuples indiègnes vivant totalement isolés en Equateur. La réserve de biosphère de Yasuni, d’une superficie de 950 000 hectares, a aussi le Ishpingo-Tiputini-Tambococha (ITT): les plus grands champs pétroliers inexploités du pays, contenant 1 milliard d’équivalent en barils de pétrole. Copyright AFP Photo / Rodrigo BUENDIA

What harm can a simple road do in a pristine place such as Ecuador’s Yasuni National Park, home to peccaries, tapirs, monkeys and myriad other wildlife species? A great deal, it turns out. Specifically, it can turn subsistence communities into commercial hunting camps that empty rainforests of their wildlife, researchers from the Wildlife Conservation Society and the IDEAS-Universidad San Francisco de Quito in Ecuador have found.

ScienceDaily

Media Query: