L’essor des citadins-paysans d’Afrique

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

L’agriculture change en Afrique : de plus en plus d’habitants des villes exploitent une parcelle de terre pour en tirer des revenus. C’est ce que rapporte la réalisatrice kenyane Juliet Torome qui voit dans ces nouvelles pratiques un moyen de réduire les importations alimentaires de certains pays africains, de redécouvrir certains aliments « oubliés » et de générer des revenus. Le développement de la téléphonie mobile rend cette évolution possible et instaure une nouvelle relation entre les campagnes et les villes.

J’ai rencontré récemment dans un café de Nairobi une infirmière, Eunice Wangari. A moment donné, grâce à son téléphone portable elle a eu une conversation avec sa mère dans son village natal, à plusieurs heures de la capitale. J’ai été surprise de l’entendre s’enquérir avec insistance des progrès d’un champ de maïs à proximité du village. En fait, Wangari compte sur des revenus tirés de l’agriculture pour acheter davantage de terre et cultiver davantage.

Bien que vivant dans la capitale kenyane, Wangari parvient à gagner des centaines de dollars par an de la vente de produits de la terre cultivés avec l’aide de sa famille. Elle a amorti depuis longtemps sa mise initiale tirée de son salaire de 350 dollars par mois.

Wangari est l’une parmi des milliers de citadins au Kenya– et parmi des centaines de milliers, voire des millions de citadins à travers toute l’Afrique –à tirer des revenus de la terre. Avec les prix des denrées agricoles de base à leur plus haut niveau depuis des décennies, beaucoup d’entre eux engrangent de substantiels bénéfices.

Cette forme d’agriculture entretient la fierté nationale et l’intérêt pour l’alimentation traditionnelle, car elle se spécialise dans les légumes de la région. « Depuis trop longtemps, notre pays est inondé de nourriture occidentale importée », déclare Wangari, « le moment est venu de prendre notre revanche en cultivant nos propres produits ».

Longtemps indifférents aux problèmes des campagnes, les dirigeants africains ont pris conscience de l’importance de l’agriculture et du rôle que peuvent jouer les gens éduqués – même ceux vivant dans les grandes villes – pour développer les terres. Au Nigéria, l’ancien président Olusegun Obasanjo qui possède de vastes terres avec des cultures diversifiées a favorisé une politique d’aide aux citadins-paysans. En Ouganda, le vice-président Gilbert Bukenya voyage régulièrement à travers le pays et promeut les productions les plus rentables tels que les produits laitiers.

Le Libéria – petit pays d’Afrique de l’Ouest dans lequel la guerre civile a détruit l’agriculture, rendant la population dépendante des importations encore aujourd’hui – est peut-être l’exemple le plus éclatant d’un soutien politique en faveur de cette forme de culture des terres menée par des citadins. Reconnaissant que les gens éduqués peuvent apporter une contribution de poids à la renaissance de l’agriculture, la présidente Johnson-Sirleaf a lancé en juin 2008 une campagne intitulée Retour à la terre, notamment dans le but d’encourager les citadins à se lancer dans l’agriculture.

Il est vrai que l’agriculture menée à distance par les élites et les citadins éduqués ne peut résoudre à elle seule tous les problèmes alimentaires urgents de l’Afrique. Par ailleurs, les citadins-paysans sont confrontés à des difficultés inattendues. Ne se rendant pas souvent sur leurs terres, ils comptent énormément sur leurs familles et leurs amis. Quand pour la première fois au printemps j’ai décidé de faire pousser du blé sur un terrain que je loue dans mon village natal, ma mère a accepté de superviser le labourage, la mise en champ et la moisson. Sans son aide, je n’aurais rien pu faire.

Malgré son aide, j’ai des soucis. J’ai grandi à proximité de champs de blés, mais je ne connais pas grand chose à l’agriculture. Les engrais et l’arrosage se sont révélés plus coûteux que ce que je croyais. Le maïs pousse selon le calendrier prévu, mais je crains qu’en novembre, au moment de la moisson, les prix ne chutent et que je ne m’y retrouve pas.

Le téléphone portable est un outil clé. Mon espoir de réussite tient à ce que le téléphone n’est pas cher et que je peux facilement appeler ma mère pour discuter des cultures. C’est d’ailleurs au téléphone que nous avons décidé quel pesticide utiliser et quelle marque de tracteur louer.

Connaissant à la fois les goûts des citadins et les conditions de vie à la campagne, beaucoup de ces paysans d’un nouveau type réussissent. Certains d’entre eux n’achètent pas de terre et ne cherchent pas de l’aide à distance : ils cultivent dans leur propre maison. Ainsi James Memusi, un comptable, cultive des champignons dans une chambre d’amis et les vend aux hôtels et aux supermarchés voisins.

Néanmoins, la plupart des citadins africains peuvent facilement devenir propriétaire de terres à la campagne, c’est pourquoi le gouvernement libérien pousse à juste titre au développement du potentiel agricole. Dans une nouvelle campagne de publicité qui a eu lieu cet été, les autorités avaient comme slogan : « La terre c’est comme une banque, investissez ! ».

Au Libéria, la principale motivation est de réduire les importations d’aliments de base tels que le riz et les tomates. Dans des pays plus riches, les élites africaines sont motivées par un mélange complexe de fierté nationale, de préoccupation diététique et de recherche du profit. En Zambie par exemple, il y a 20 ans Sylva Banda a suscité un véritable engouement pour les plats traditionnels avec une chaîne de restaurants populaires. Maintenant les habitants de Lusaka veulent les cuisiner chez eux, ce qui accroît la demande à l’égard des cultivateurs qui produisent des délicatesses telles que les citrouilles séchées, les feuilles de « black jack » et du gombo frais.

De la même manière, à Nairobi Miringo Kinyanjui, une autre femme entrepreneur, fournit du maïs et de la farine de blé non raffinée et plus nourrissante. Pour distinguer ses produits de ses équivalents occidentaux, elle commercialise à travers un réseau d’épicerie de la farine parfumée à l’amarathan, un légume vert qui pousse au Kenya.

Le regain d’intérêt en faveur de l’alimentation traditionnelle a attiré l’attention des grandes firmes multinationales. L’année dernière, la filiale kenyane d’Unilever a organisé une campagne sur le thème « Gouttons à notre culture » pour promouvoir ses herbes et épices traditionnelles d’Afrique de l’Est.

Ce type de campagne s’accorde parfaitement avec le développement de l’agriculture, car les vendeurs de ces produits préfèrent s’adresser aux producteurs locaux – même si ces derniers sont de plus en plus des citadins.

Les citadins-paysans d’Afrique

Copyright: Project Syndicate, 2009.

www.project-syndicate.org

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

Media Query: