Bloom – Comment faire connaître le combat contre la pêche profonde

Publié le : Last updated:

Claire Nouvian, porte-voix des profondeurs océaniques

Faire connaître leur combat, c’est peut-être la plus grande difficulté que rencontrent aujourd’hui les associations de défense de l’environnement. Dans le cas de l’association BLOOM, Il aura suffi de quelques dessins pour populariser une bataille de plusieurs années. Car qui connaissait la « pêche profonde » et ses ravages sur l’environnement il y a encore quelques jours ? Peu de monde (hormis les lecteurs de GoodPlanet, bien sûr), jusqu’à ce que la bloggeuse et dessinatrice Pénélope Bagieu consacre une planche de BD à cette pratique.

C’est suite à une conférence de Claire Nouvian, présidente et fondatrice de BLOOM, que la célèbre bloggeuse a décidé de dédier un de ses dessins à cette cause. En quelques lignes, elle y résume avec humour les enjeux et les dérives de cette technique de pêche particulièrement destructrice pour la biodiversité. Le succès est immédiat puisqu’en quelques jours, 200 000 personnes ont « liké » et partagé ce dessin sur les réseaux sociaux. L’intérêt et la curiosité des internautes s’est transformé en engagement : le dessin se termine sur un appel à pétition qui a enregistré 240 000 signatures à la suite de sa publication. Le serveur de l’association a même explosé face au trafic.

Cette soudaine popularité vient récompenser le travail mené par Claire Nouvian et son association qui dénonce depuis des années la pêche profonde, qui se pratique à l’abri des regards, entre 200 et 1500 mètres de profondeurs en moyenne. Des chaluts lourdement armés raclent le fond à la recherche d’espèces comme le grenadier, la lingue ou le sabre noir. Le chalutage de fond est comparé à la déforestation : il détruit de vastes surfaces du fond marin, ne laissant qu’un désert derrière lui. Selon certaines études, les surfaces détruites par le chalutage de fond seraient même supérieures aux coupes pratiquées dans la forêt amazonienne chaque année. Pourtant, la destruction s’effectue dans une relative indifférence.

Le combat se mène actuellement devant la commission européenne. En cette fin d’année BLOOM a été en première ligne pour demander l’interdiction du chalutage profond au niveau européen. Après de longues discussions, et sous la pression des puissants lobbys de la pêche, l’interdiction du chalutage profond s’est transformée en un renforcement des mesures de protection des écosystèmes vulnérables. Le texte prévoit notamment, si il est adopté, d’imposer la réalisation d’études d’impact dans le cadre des pêcheries profondes. Le vote en session plénière aura lieu les 9 décembre 2013.

Retrouvez toutes les informations concernant la pêche profonde dans l’interview de Claire Nouvian extraite de « l’Homme et la mer ».

Media Query: