Il faut parler de merde pour mieux lutter contre le choléra

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

L'alliance contre le choléra

L’alliance contre le choléra

« Le choléra ne devrait plus exister en 2012 », déclarait Thierry Vandevelde, de la fondation Veolia Environnement, lors du récent forum mondial de l’eau à Marseille. Et Claire-Lise Chaignat, de l’Organisation mondiale de la santé de rajouter : « le traitement est simple ; la prévention aussi – il faut se laver les mains. » Pourtant, il y avait encore des centaines de milliers de cas en 2011. Et dans leur ensemble, les diarrhées et autres maladies liées à une eau impropre tuent 3 millions de personnes par an ; un enfant toutes les trois secondes.

En RDC, plusieurs institutions, entreprises et associations ont décidé de travailler ensemble pour lutter contre ce fléau : le GAAC, Global alliance against Cholera. La stratégie déployée dans plusieurs villes de l’est du pays utilise des étude épidémiologiques pour identifier rapidement les foyers de l’épidémie, la distribution de traitements, construit des systèmes d’approvisionnement en eau potable, et met en place une campagne de sensibilisation et d’hygiène.

En effet, la première cause de contamination des eaux, et l’origine de la contamination par le choléra, ce sont les excréments humains. Comme l’explique Kamal Kar, spécialiste indien de la question : la bactérie se transmet au travers du système digestif : « on attrappe le choléra quand on mange de la merde. » Le problème est donc d’installer des toilettes et de faire que les gens les utilisent : « Il faut parler de merde ».

C’est plus facile qu’il n’y paraît. En RDC, le GAAC a réussi a supprimer quasiment la maladie dans une première ville test. Reste à l’étendre dans d’autres localités et à d’autres pays.

Olivier Blond

GAAC :

Temps de lecture : 2 minutes  

L'alliance globale contre le choléra

L’alliance globale contre le choléra – GAAC- a été créée en 2010 pour lutter contre la recrudescence du choléra dans l’est de la République démocratique du Congo. Elle inclut le NEPAD, Veolia environnement, Médecins sans frontières, UNICEF, entre autres.

Media Query: