Les frites réduisent de taille à cause du réchauffement climatique

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

C’est une information insolite, mais qui n’est pourtant pas si anodine. Selon un rapport publié par The Climate Coalition qui regroupe 130 ONG travaillant sur l’environnement, les frites britanniques ont perdu en moyenne trois centimètres en 2018. En cause : le réchauffement climatique.

Les pommes de terre sont plus petites et difformes

Les Britanniques ont enregistré des records de températures durant l’été 2018 avec, à certains endroits, une absence de pluie pendant près de deux mois. Ce manque d’eau a provoqué la quatrième plus mauvaise récolte de pommes de terre depuis les 60 dernières années.

« Le réchauffement climatique pourrait rendre trois quarts des terres agricoles britanniques impropres à la culture d’ici à 2050 », alertent même les ONG. « Les rendements ont baissé de 20 à 25 % », témoigne au Guardian Richard Thompson un producteur de pommes de terre dans le Staffordshire, « Nous avons également eu des problèmes de qualité avec beaucoup de pommes de terre difformes et petites. Je vais réduire ma superficie l’année prochaine parce que je ne peux pas me permettre de prendre le risque ».

En France, les cornets de frites perdent 30 grammes

Et les Britanniques ne sont pas les seuls concernés. En France et en Belgique, respectivement les deuxième et quatrième pays producteurs d’Europe, les chaînes de fast-food et les industriels de la pomme de terre ont prévenu les consommateurs dès cet été. « Avec des pommes de terre de plus petit calibre, les frites seront légèrement plus courtes », admet dans le Parisien Nicolas Schmitt, responsable marketing retail France de McCain. McDonald’s pourrait même alléger son cornet de frites, le faisant passer de 150 grammes à 120 grammes.

Et les récoltes ne risquent pas de s’améliorer en 2019. Selon plusieurs scientifiques, l’année en cours pourrait devenir la plus chaude depuis que les températures sont enregistrées. En cause, un problème phénomène El Nino associé au réchauffement climatique. Un record qui pourrait multiplier et intensifier les évènements extrêmes comme les sécheresses et canicules. Dans l’Hexagone, 2018 a déjà été classée par Météo France comme année la plus chaude depuis le début des mesures en 1900.

Media Query: