UN MOUVEMENT POUR DÉVELOPPER ET SOUTENIR L’AGROÉCOLOGIE, AVEC COLIBRIS

Publié le : Last updated:

Découvrez l’un des conseils de notre programme La solution est dans l’assiette, aujourd’hui, un portrait de Pierre Rabbhi. Un paysan philosophe, leader d’opinion en termes d’agroécologie, ainsi pourrait-on définir Pierre Rabhi. Après une enfance en Algérie qui le marquera, il découvre en France la modernité en devenant ouvrier spécialisé. Un système qu’il rejettera très vite, préférant s’installer avec sa femme dans une ferme en Ardèche pour expérimenter l’agroécologie. Devenu un expert notamment reconnu par l’ONU, il crée en 2007 le mouvement des Colibris qui reprend les principes de cette technique, avec trois missions : inspirer par le partage les savoir-faire et projets concrets, relier les citoyens à l’échelle locale et les soutenir en les accompagnant dans leurs projets. La vocation commune à chacun des projets est de replacer l’écologie et l’humain au cœur d’un système intégré, en harmonie avec la terre, le végétal et l’animal.

« Je suis avant tout un agro-écologiste. Un homme qui a une pratique agricole et qui à travers cette pratique propose une alternative au modèle dominant. L’agriculture conventionnelle tue la terre, ce dont les gens ne semblent toujours pas conscients. Tous les jours, des millions de tonnes de poisons sont déversés sur cette Terre mère à laquelle nous devons notre survie. Trop peu de gens sont conscients que les denrées que nous mangeons sont toxiques. Toxiques en raison de leur contamination par des intrants et pesticides chimiques, mais aussi parce qu’ils n’ont plus la résonance énergétique nécessaire.

L’agroécologie est l’activité la plus indispensable sur Terre, car aucun être humain ne peut se passer de nourriture. C’est une véritable éthique de vie qui permet aux populations de regagner leur autonomie, leur sécurité et leur salubrité alimentaire. L’agroécologie dont nous parlons n’est pas une simple alternative agronomique. Ce n’est pas seulement un ensemble de techniques, ni une théorie de plus. Cela n’aurait aucun sens pour moi de former de simples techniciens ! Il s’agit d’une perception de la Vie qui abolit l’illusion du clivage entre l’humain et la nature et réinstaure la symphonie du Vivant, celle que la nature a su créer depuis l’origine et que nous avons rompue en quelques décennies.

Concrètement, cela représente toute une stratégie de restauration du milieu naturel. L’agroécologie intègre la dimension de la gestion de l’eau, du reboisement, de la lutte contre l’érosion, de la biodiversité, du réchauffement climatique, du système économique et social, de la relation de l’humain avec son environnement… Il faut accepter les cadences naturelles, prendre conscience de l’interdépendance des espèces vivantes entre elles, réaliser que le modèle actuel ne respectant pas la nature est insoutenable. Nous devons renoncer au toujours plus et au toujours plus vite. »

Il faut maintenant insister sur les réalisations de la société civile car aujourd’hui, il faut une mobilisation générale des consciences de façon à résister aux énormes forces destructrices qui sont à l’œuvre. C’est la raison pour laquelle j’avais proposé de mettre l’accent sur cette merveilleuse légende du colibri. Un incendie de forêt se déclare. Tous les animaux sont abattus et impuissants. Pendant ce temps, un petit oiseau gracile prend quelques gouttes d’eau dans la rivière qu’il jette sur le feu. Le tatou qui l’observe depuis un certain temps lui dit : « ce n’est pas avec cela que tu vas éteindre le feu ». Le colibri lui répond : « je le sais, mais je fais ma part ».

En savoir plus sur les Colibris.

Media Query: