COP21/#60 Solutions : le péage urbain

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Péage urbain

Echangeur autoroutier près du port de Yokohama, Japon. Les constructeurs automobiles japonais détiennent environ 16% du marché mondial. C’est le premier secteur industriel du pays (35° 27’ N – 139° 41’ E). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo

Dans quelques mois se tiendra, à Paris, la COP21 dont l’objectif est de trouver un accord pour enrayer le changement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Découvrez une sélection de 60 solutions concrètes, sélectionnées par la fondation GoodPlanet, et déjà mises en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui : le péage urbain de Stockholm en Suède qui a pour particularité d’avoir été adopté par référendum.

METTRE EN PLACE UN PÉAGE URBAIN

Les péages urbains peuvent s’avérer un bon moyen de diminuer les embouteillages en ville. Et ils permettent de financer le développement des transports publics. Mais il faut les faire accepter par la population. En 2006, la ville Stockholm en Suède a organisé un référendum sur la mise en place d’un tel péage.

Même si les débats furent parfois houleux, le projet fut adopté avec 53 % des voix, après plusieurs mois d’expérimentation. A l’entrée de la ville, des caméras relèvent la plaque d’immatriculation des véhicules entrants et sortants. Une taxe d’entrée – et de sortie – est alors appliquée.

Depuis 2007 et le début du péage urbain à Stockholm, les transports en commun se sont fortement développés et le trafic routier dans la ville a diminué de 20 %. Près de 68 % des habitants de la ville se rendent désormais au travail à pied, en vélo ou en transports en commun. Et les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 10 % à 14 % en centre-ville.


En savoir plus :

Congestion Charge Stockholm

Media Query: