COP21/#60 Solutions : aider les femmes à planter des arbres fruitiers

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Cueillette du thé, région de Kericho, Kenya (0°24’ S – 35°16’ E).  TEA PLANTING, KERICHO REGION, KENYA (0°22' S, 35°16' E).

Cueillette du thé, région de Kericho, Kenya (0°24’ S – 35°16’ E).
TEA PLANTING, KERICHO REGION, KENYA (0°22′ S, 35°16′ E).

Dans quelques mois se tiendra, à Paris, la COP21 dont l’objectif est de trouver un accord pour enrayer le changement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Découvrez une sélection de 60 solutions concrètes, sélectionnées par la fondation GoodPlanet, et déjà mises en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui : le mouvement Food and Trees for Africa qui propose aux femmes africaines de planter des arbres fruitiers pour en récolter les fruits.

Trop souvent, les femmes travaillent dans les champs mais n’ont pas autant de droits que les hommes, sur la terre ou sur ses produits. Leur implication est pourtant un facteur de changement et d’amélioration de la production.

C’est ce que montre, par exemple, le mouvement Food and Trees for Africa, créé en Afrique du Sud en 1990. Il soutient la plantation d’arbres en Afrique du sud et encourage les femmes à diriger des projets ou de petites entreprises agricoles. Plus de 100 vergers ou jardins fruitiers en permaculture ont ainsi été créés. Et plusieurs centaines de femmes ont trouvé du travail.

Permettre aux femmes de disposer d’un revenu les aide à devenir autonomes et améliore la vie de leur famille. Planter des arbres fruitiers assure une meilleure alimentation aux plus modestes. Depuis sa création, l’ONG a planté plus de 4 millions d’arbres, ce qui représente, aussi, une économie de plus de 1,5 millions de tonnes de CO2.


Pour en savoir plus :

Food and trees for Africa (EN)

Media Query: