#Néoplanète : Pire que le CO2 : le méthane ?

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Crédit Pixabay libre de droit

Crédit Pixabay libre de droit

Recycler les matières premières, valoriser nos déchets en énergies, capter les émissions de CO2 et de méthane, faire payer le carbone… Quelles sont les intentions de Veolia pour réduire la consommation des gaz à effets de serre ? D’ailleurs, le méthane ne serait-il pas pire que le CO2 ? La réponse avec Pierre Victoria, directeur du développement durable du spécialiste français des services de gestion de l’eau, des déchets et des services énergétiques, rencontré lors du Business and Climate Summit dont Néoplanète était partenaire.

Même l’incinération de vos ordures participe à l’économie circulaire – qui représente environ 10 % du chiffre d’affaires du leader mondial des services à l’environnement – qui permet de lutter contre le dérèglement climatique. D’ailleurs, saviez-vous que la production de plastique PET recyclé émet 70% de gaz carbonique en moins par rapport à celle du PET initial ?

Lutter contre les émissions de CO2 passerait aussi par le principe du pollueur-payeur afin que le coût de la pollution soit supérieur à celui de la dépollution. Quels seraient donc les intérêts d’une « redevance » carbone ?

Tout le monde se focalise sur les émissions de CO2 mais il ne faut pas oublier que le méthane contribue à près de 40% des émissions de gaz à effet de serre si rapporté sur 20 ans. Or ce gaz est bien plus facile à capter et à valoriser, ce qui servirait par exemple à faire chauffer nos habitations.

Les smart grids sont-ils à l’ordre du jour chez Veolia ? Innovation technologique, lien entre monde industriel et monde politique… Comment les boucles locales peuvent-elles reconstruire des écosystèmes qui soient bénéfiques pour tout le monde ?

Source : Néoplanète

Media Query: