Coup de cœur : Anchoraïa, projet de l’association Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

La Fondation GoodPlanet vous parle de son coup de cœur pour le projet Anchoraïa de l’association Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

© Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

© Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

L’objectif premier du projet Anchoraïa est de témoigner aux écoliers français des disparités scolaires pouvant exister entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud. Le témoignage se basera sur la rencontre avec des écoliers de tout le continent américain, qui traverseront à vélo, sur une distance d’environ 29 835 km, en un peu moins de trois ans, d’Anchorage à Ushuaïa, à partir du printemps 2016.

Le choix du vélo pour l’expédition s’explique par la volonté de l’association de s’inscrire dans une démarche de développement durable. L’objectif est de réduire au maximum l’empreinte écologique, notamment les émissions de carbone. Aussi, outre un formidable outil de découverte et de rencontre, le vélo s’avère être le moyen de transport le plus écolo-vertueux.

L’association ira d’école en école, questionner les enfants sur leurs conditions de vie scolaire (fréquence des cours, matériel, transport, temps de parcours…), sur leur ressenti et leurs aspirations futures. L’acheminement des lettres sera plus long que pour un simple courrier mais les écoliers d’Amérique du Nord pourront suivre la progression de leur courrier via leur site internet.

Finalement, tout cela sera retranscrit sous forme de lettres, photos et dessins. Ces documents seront l’épine dorsale de l’ouvrage que qu’ils réaliseront et présenteront dans les écoles françaises.

 

Qui sont les membres de l’expédition ?

© Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

© Tourne Sol’ : Les roues de la solidarité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julie vue par Mathieu : Sa devise : « Ne rêve pas ta vie, vis tes rêves ! »

Mathieu vu par Julie : Sa devise : « Il est plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre »

Reblochon vu par ses maîtres : Sa devise : « Qui mange un chien…chi (e) huahua ! »

Ils ont besoin de vous pour mener à bien leur projet. Aidez-les à le financer jusqu’au 1er juin sur : Kisskissbankbank

Media Query: