La solution est dans l’assiette ! Ne jetez plus, compostez !

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Décharge de Mbeubeuss dans le quartier de Malika à Dakar, Sénégal (14°48’ N - 17°19’ O). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude Paris

Décharge de Mbeubeuss dans le quartier de Malika à Dakar, Sénégal (14°48’ N – 17°19’ O). © Yann Arthus-Bertrand / Altitude Paris

Saviez-vous que l’alimentation est responsable de 20 à 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre ? En effet, les produits alimentaires génèrent des émissions de CO2, de méthane ou encore de protoxyde d’azote pendant tout leur cycle de vie (agriculture, transports, utilisation, fin de vie, etc.). Pourtant, il existe aujourd’hui une myriade de solutions pour limiter l’impact de notre alimentation sur le climat. La Fondation GoodPlanet lancera une grande campagne autour de l’alimentation et du climat dans le cadre la COP21 : LA SOLUTION EST DANS L’ASSIETTE ! En attendant, nous vous faisons découvrir chaque semaine une solution concrète et une initiative exemplaire !

UN CHIFFRE CLÉ

Selon l’ADEME, un Français jette chaque année en moyenne 79 kg de déchets alimentaires par an !

UN CONSTAT

Parmi ces déchets, 75% sont difficilement évitables (os, épluchures, etc.) et les 25% restants, soit près de 20 kg, sont considérés comme du gaspillage alimentaire. En effet, nous jetons en moyenne 7 kg de produits non consommés et encore emballés chaque année et 13 kg de restes, fruits et légumes abîmés, surplus de pain, etc. La plupart des déchets organiques – gaspillés ou non – partent à dans notre poubelle d’ordures ménagères et ne sont donc pas valorisés.

UNE SOLUTION

Or, l’impact environnemental d’un produit alimentaire ne s’arrête pas lorsqu’il arrive dans notre poubelle ! En effet, le secteur du traitement des déchets représente 2 à 4% des émissions de gaz à effet de serre en France, car nos déchets doivent ensuite être incinérés ou enfouis. Or, les déchets organiques – comme le papier, le plastique, le métal ou le verre – peuvent avoir une seconde vie et devenir de nouvelles ressources. Alors que faire de ces déchets une fois triés ? C’est simple : les composter !

Quel est le principe du compostage ? La faune et la flore du sol (bactéries, champignons, vers de terre, etc.) transforment les déchets organiques (déchets du jardin et de cuisine) et les recyclent en compost. Le compost est un amendement riche en azote et en carbone, excellent pour la fertilité des sols, qui peut donc être utilisé comme paillis ou comme engrais naturel.

Quels déchets peuvent être compostés ? La plupart des déchets de cuisine se compostent : épluchures de légumes, restes de fruits et de pains, coquilles de fruits secs ou d’œufs, filtres et marc de café, sachets d’infusion, etc. En revanche, les restes de viandes, de poissons ainsi que les agrumes se décomposent plus difficilement et sont donc à jeter dans la poubelle principale.

De très nombreuses initiatives liées de compostage fleurissent partout en France, la Fondation GoodPlanet a choisi de vous faire découvrir l’une d’entre elle !

UNE INITIATIVE

Après avoir constaté d’importantes quantités de déchets alimentaires dans ses restaurants scolaires (en moyenne 170g par repas, soit 3,3 tonnes par semaine et 117 tonnes par an !), la ville de Besançon a décidé de mettre ses élèves à l’œuvre en instaurant une politique de réduction et de valorisation de ces déchets.

En 2012, quelques restaurants scolaires ont été équipés de composteurs et accompagnés par un jeune en emploi d’avenir pour le suivi et l’entretien de ces installations. Le personnel de restauration et de surveillance des cantines ont également été formés et sensibilisés afin que seuls les déchets compostables soient orientés vers les composteurs. Par ailleurs, des animations périscolaires ont été organisées avec l’aide de l’association Trivial’Compost : grâce à une mallette pédagogique, les enfants ont été informés sur l’intérêt du compostage, le cycle de la matière, la vie du sol, etc. Les enfants participent donc activement à l’opération au moment de débarrasser leur plateau mais aussi en accompagnant le personnel vider les bio-seaux dans le composteur.

Fort des résultats positifs de la première année, ce sont aujourd’hui 23 restaurants scolaires qui compostent leurs déchets organiques !

UNE ASTUCE

S’il est possible de composter dans les écoles, on peut également le faire chez soi. De nombreux Français ont demandé – et obtenu – l’installation de composts en pied d’immeubles ! Pour obtenir plus d’informations sur le compost, notamment collectif, l’ADEME a édité un excellent guide pédagogique.

 

 

Media Query: