Choisir c’est Agir : limiter l’impact environnemental de nos produits d’entretien

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

© Yann Arthus-Bertrand, Détail de la rivière Pjorsa, Islande

© Yann Arthus-Bertrand, Détail de la rivière Pjorsa, Islande

L’air intérieur est en moyenne 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur, en raison notamment des acariens, du tabagisme mais aussi des produits d’entretien que nous utilisons quotidiennement. En effet, ces derniers, conçus pour notre confort, ne sont pas neutres pour notre santé ni pour la planète.

Pourtant, il existe de nombreuses solutions, lors de l’achat ou de l’utilisation de ces produits, permettant de réduire notre empreinte sur l’environnement. Mais comment se repérer en magasin ? Quel label choisir ? Quels sont les éco-gestes vraiment utiles ? La Fondation vous aide à démêler le vrai du faux !

Le saviez-vous ?

50 % des phosphates rejetées dans les eaux françaises proviennent de nos produits d’entretien. Or, ces derniers entrainent la prolifération d’algues, qui empêchent l’oxygénation de l’eau et constituent donc une menace pour la biodiversité aquatique.

C’est pourquoi un acte aussi anodin qu’acheter un détergeant ou nettoyer sa cuisine peut avoir un impact environnemental insoupçonné et néfaste.

Halte aux idées reçues !

Non, les produits d’entretien « verts » se sont pas moins efficaces que les autres. Grâce à de nombreux investissements en Recherche et Développement, les industriels sont aujourd’hui parvenus à fabriquer des produits d’hygiène et d’entretien à la fois efficaces et moins nocifs pour l’environnement.

C’est par exemple le cas de nouveaux produits qui utilisent du vinaigre blanc associé à certaines huiles essentielles : 100 % biodégradable et au pouvoir décapant et aseptisant aussi puissant que des produits chimiques !

Quelle lessive choisir ?

> Favoriser les produits d’entretien ou d’hygiène bénéficiant d’un écolabel, car ils garantissent de moindres impacts sur l’environnement tout au long de leur cycle de vie (conception, usage, élimination) à qualité d’usage équivalente. En effet, ils limitent l’utilisation de substances dangereuses et favorisent l’utilisation de matières biodégradables, moins nocives pour les écosystèmes aquatiques.

> Favoriser les éco-recharges. En effet, les emballages peuvent constituer jusqu’à 80% du poids total de ces produits et jusqu’à 65% de leur coût. Les éco-recharges, quant à elles, permettent généralement de diminuer la quantité d’emballages de 50 à 70%.

Focus sur l’Ecolabel Européen

L’Écolabel Européen a été créé en 1992 à l’initiative de la Commission Européenne. Il garantit un plus grand respect de l’environnement sur l’ensemble du cycle de vie du produit labellisé, de l’extraction de ses matières premières jusqu’à sa fin de vie. Son efficacité est également testée pour garantir à l’utilisateur des qualités d’usages équivalentes. Afin de garantir la prise en compte des évolutions réglementaires et technologiques, les critères écologiques à respecter sont mis à jour tous les 3 à 5 ans. Enfin, des contrôles sont réalisés régulièrement par des organismes indépendants.

Lavons mieux !

> Faire tourner sa machine pleine et éviter les 1/2 charges qui consomment au final davantage de produits, d’eau et d’énergie. On peut ainsi économiser jusqu’à un lavage en machine par semaine, soit environ 3 000 litres d’eau par an, l’équivalent de 50 douches !

> Éviter le pré-lavage en machine qui n’est pas aussi efficace qu’il y parait. Pour faire partir les tâches tenaces, le plus efficace est de pré‐détacher son linge à la main et au savon de Marseille.

> Laver son linge à 30°C. Chauffer l’eau est ce qui demande le plus d’énergie à une machine à laver : c’est 80% de sa consommation énergétique. Ainsi, laver à 30°C au lieu de 60°C permet de réaliser une économie d’énergie de plus de 60%.

> Eviter les lessives de 18h à 20h car il y a ce que l’on appelle un « pic de consommation énergétique » : une plus grande demande d’électricité qui sollicite les centrales d’appoint (nucléaires, hydrauliques et thermiques), souvent plus polluantes. En hiver, il est donc préférable de faire tourner sa machine la nuit.

> Limiter dès que possible l’utilisation du sèche-linge car il consomme jusqu’à deux fois plus d’énergie qu’un lave-linge.

> Recycler ses emballages car toutes les bouteilles et tous les flacons en plastique peuvent être recyclés. Ils peuvent être mis dans le bac de tri avec leur bouchon et il n’est pas nécessaire de les rincer au préalable, il suffit de bien les vider !

Pour en savoir plus : Choisir c’est Agir et lavons mieux!

Media Query: