De nouvelles centrales nucléaires, « ça n’est pas tranché » selon Borne

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Elisabeth Borne

La ministre de la Transition Ecologique Elisabeth Borne le 15 octobre 2019
© AFP/Archives ERIC PIERMONT

Le gouvernement n’a pas pris sa décision quant à la construction de nouvelles centrales nucléaires, a assuré lundi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, répondant au PDG d’EDF et évoquant un autre scénario à « 100% de renouvelables ».

« Ça n’est pas EDF, ni son PDG, qui fixent la politique énergétique du pays », a dit la ministre de la Transition écologique et solidaire sur Europe 1, relevant que « ce qu’on attend d’abord d’EDF c’est des explications sur les dépassements de coûts et les délais de Flamanville » où le chantier de l’EPR accumule les difficultés.

« La feuille de route, c’est la programmation pluriannuelle de l’énergie, qui prévoit de ramener la part du nucléaire à 50% en 2035 (aujourd’hui plus de 70% de la production électrique, ndlr) et prévoit le développement des énergies renouvelables », a-t-elle ajouté.

« L’enjeu, c’est de proposer une électricité décarbonée, à un prix abordable pour tous les Français. Il y a différents scénarios, avec des nouveaux réacteurs, c’est celui qu’étudie EDF (…) Je vous confirme que c’est un scénario parmi d’autres, on a également à l’étude des scénarios 100% énergies renouvelables », a-t-elle déclaré.

« Il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires », avait déclaré le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy au Monde jeudi.

Arguant de l’objectif français de neutralité carbone en 2050, le PDG d’EDF assure de leur nécessité. « Il faut construire les centrales nucléaires plutôt par tranches de deux (réacteurs) sur chaque site et sur trois sites consécutifs, de façon à faire baisser les coûts », ajoutait-il.

« Clairement, ça n’est pas tranché », a répondu Mme Borne lundi. « Le président de la République l’a clairement dit, il n’y aura pas de décision sur des nouveaux réacteurs avant la mise en service de Flamanville, on veut d’abord des explications », a-t-elle ajouté.

Dans le meilleur des cas, le combustible nucléaire sera chargé fin 2022 dans le réacteur EPR de Flamanville. Celui-ci devait initialement être mis en service en 2012.

© AFP

Media Query: