Pollution : des riverains de Fos-sur-mer attaquent les industriels en justice pour « trouble du voisinage »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

polution des rivières fos-sur-mer industries justice

Fumées industrielles à Fos-sur-Mer le 21 juin 2017
© AFP/Archives ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Marseille (AFP) – Inquiets de la pollution de l’un des plus gros complexes industriels d’Europe, des habitants des environs de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) attaquent en justice quatre industriels, dont ArcelorMittal et Esso, pour « trouble du voisinage », a annoncé lundi leur avocate.

Cette action civile « vise les plus mauvais élèves, qui ne respectent pas la règlementation », a déclaré Me Julie Andreu qui représente 14 habitants. Le dépôt pétrolier de Fos et le chimiste Kem One sont également assignés.

Une assignation a été rédigée qui doit permettre ultérieurement au tribunal de grande instance d’Aix-en-Provence de fixer une date d’audience. Ce tribunal est déjà saisi d’une plainte pénale contre X, pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Elle regroupe quelque 300 plaignants.

Voisins des usines chimiques du golfe de Fos, en bord de Méditerranée à proximité de Marseille, certains ont développé des maladies chroniques et dénoncent des « conditions d’existence sérieusement impactées » par la pollution, selon leur assignation, consultée par l’AFP.

Ils invoquent notamment le « préjudice d’anxiété » lié aux émanations parfois supérieures aux normes et à « l’effet cocktail » entre polluants, et réclament réparation, ainsi que la mise en conformité des usines.

L’Etat a plusieurs fois épinglé des industriels de la zone pour des infractions à la règlementation.

Les plaignants s’appuient notamment sur deux études qui ont montré des taux de maladies chroniques supérieurs à la moyenne dans les environs de Fos, ainsi que la contamination des aliments produits localement par les émissions chimiques et les métaux lourds.

Contactée par l’AFP, la raffinerie Esso a refusé de commenter la procédure en cours, rappelant avoir fait « des efforts très conséquents de réductions de ses émissions » ces dernières années. ArcelorMittal a indiqué de son côté à l’AFP, avoir fait « beaucoup de choses pour réduire l’impact environnemental ». Selon l’industriel « la situation a d’ailleurs été rétablie au printemps à la cokerie, où nous sommes revenus dans les normes au niveau de la qualité de l’air ». Après « plusieurs mois de travaux et un « investissement de 130 millions d’euros », les 126 fours « ont tous fait l’objet d’une reconstruction », a précisé ArcelorMittal.

A Fos, « nous avons investi 100 millions d’euros entre 2012 et 2017, avec des résultats concrets et significatifs de réduction systématique de notre impact: – 50 % de poussières émises, -50 % de dioxydes de soufre, -70 % de dioxines », argue ArcelorMittal qui projette « d’investir 100 millions d’euros de plus pour continuer à réduire encore notre empreinte environnementale ».

© AFP

Media Query: