Des incendies ravagent plusieurs centaines d’ha dans l’ouest, le centre et le sud de la France

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Incendies France

Un Canadair intervient, le 15 août 2019 dans l’Aude à Monze
© AFP/Archives RAYMOND ROIG

Des incendies ont ravagé plusieurs centaines d’hectares entre mercredi et jeudi dans l’ouest, le centre et le sud de la France, les pompiers restant vigilants, notamment en Charente-Maritime où ils redoutaient toujours des risques de propagation.

Dans le sud de la Charente-Maritime, quelque 170 ha de forêt, loin des habitations, sont partis en fumée depuis mercredi, dans le secteur de Bédenac.

Les pompiers se battaient toujours sur deux foyers actifs, craignant « des risques de propagation » de l’incendie « car le vent s’est un peu levé ».

25 habitants ont été évacués par mesure de précaution mais « ont pu quitter le centre d’accueil », la salle des fêtes de Bédenac. Ils ont été relogés ou sont rentrés chez eux, a précisé la préfecture.

La ligne LGV reliant Paris à Bordeaux, fermée par mesure de précaution à la demande des secours, a été rouverte à 4h30 à la circulation, qui avait été déviée sur la ligne classique où elle se fait à vitesse normale, a précisé la SNCF.

Environ 400 sapeurs-pompiers et militaires de la région Nouvelle-Aquitaine et plus de 100 véhicules ont été mobilisés sur cet incendie dont l’origine est inconnue. Les gendarmes ont été chargés de l’enquête.

Dans l’Aude, un incendie qui s’est déclaré mercredi pour une raison également inconnue, près de la localité de Conques-sur-Orbiel, était « fixé » jeudi matin, après avoir détruit quelque 150 hectares de pinèdes et de broussailles, selon les pompiers et la préfecture.

L’incendie « est fixé, c’est à dire qu’il ne progresse plus ». « On espère le tenir en évitant toute reprise », ont indiqué les pompiers, qui effectuaient jeudi matin « un traitement des bordures et des lisières ».

Aucune victime n’est à déplorer. Trois pompiers ont été légèrement blessés dans la nuit, selon le Service incendie et secours du département.

Plus au sud, à Banyuls, dans les Pyrénées-Orientales, l’incendie, qui s’est déclaré jeudi vers 06H00 et a détruit une trentaine d’ha de garrigues et de pinèdes, était considéré comme « fixé », a annoncé la préfecture, peu après 10H30.

Cet incendie a nécessité l’évacuation de leur domicile d’une centaine de personnes, à titre préventif.

Quelque 120 sapeurs-pompiers et 4 Canadair ont été mobilisés pour lutter contre ce feu « sur un relief compliqué », à quelques kilomètres de la frontière avec l’Espagne, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel Lopez, du service incendie et secours du département.

Le feu a été attisé par des vents « importants », une tramontane qui souffle nord/nord-ouest. Selon la préfecture, les vents soufflaient jeudi matin à 40 km/h avec des rafales à 75 km/h.

Dans l’Indre, un département du centre de la France touché par une sécheresse particulièrement sévère, quelque 150 ha de forêt sont partis en fumée dans la Brenne dans un incendie qui s’est déclenché mercredi après-midi, selon les pompiers.

Alertés mercredi peu après 16H00 d’un départ de feu sur la commune de Migné, les pompiers n’ont réussi à le maîtriser qu’à 07H30 jeudi. « Il faudra encore plusieurs jours pour l’éteindre complètement », ont-ils indiqué à l’AFP.

Des renforts venus des départements voisins ont permis de mobiliser 175 sapeurs-pompiers au plus fort de l’incendie. L’un d’entre eux a été légèrement blessé mais aucune autre victime n’est à déplorer.

© AFP

Media Query: