Les goélands ont pris leurs quartiers à Paris

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Loin des embruns des côtes françaises, les goélands ont imposé leur présence à Paris depuis une trentaine d'années, nichant sur les toits, au grand dam de certains riverains las de leurs cris stridents © AFP/Archives JACQUES DEMARTHON

Loin des embruns des côtes françaises, les goélands ont imposé leur présence à Paris depuis une trentaine d’années, nichant sur les toits, au grand dam de certains riverains las de leurs cris stridents
© AFP/Archives JACQUES DEMARTHON

Paris (AFP) – Loin des embruns des côtes françaises, les goélands ont imposé leur présence à Paris depuis une trentaine d’années, nichant sur les toits, au grand dam de certains riverains qui se disent las de leurs cris stridents.

Autrefois, « au printemps, on entendait les moineaux le matin ; c’était le signe du réveil, c’était tout à fait agréable. Et maintenant, ce sont ces cris rauques (…) qui nous embêtent ! », déplore Anne Castro, une psychanalyste interrogée par l’AFP à Belleville, un quartier du nord-est de la capitale française que semblent affectionner les goélands.

« C’est infernal ! C’est une catastrophe de les entendre brailler, de les entendre pleurer », vitupère Rodolphe Ghelfi, un agent de sécurité dans le même quartier.

Le goéland est un oiseau « vocal » dont chaque cri a une fonction particulière. Sa fameuse « clameur » qui exaspère parfois les Parisiens retentit de mars à août pendant la période de nidification. Puis il redevient silencieux.

La population de ces oiseaux de la famille des laridés, comme les mouettes, qui ont commencé à se reproduire à Paris au début des années 90, reste limitée, pointent les spécialistes.

Pour Jean-Philippe Siblet, ornithologue au Muséum national d’histoire naturelle, Paris abrite « une cinquantaine de couples reproducteurs », un nombre inchangé par rapport à des estimations de 2013 de Frédéric Malher, vice-président du Centre ornithologique Ile-de-France (Corif).

Ce sont donc « en gros cent adultes qui produisent en moyenne (par couple) trois jeunes à l’envol chaque année », lesquels déserteront le lieu de nidification une fois autonomes.

Pour lui, on ne peut donc pas parler d’invasion de goélands : « il y a une augmentation indéniable de leur nombre depuis quinze-vingt ans mais (…) cela reste dans des proportions tout à fait raisonnables », sans rapport avec ce qui se passe « dans des communes côtières comme Le Havre », port normand sur lequel tournoient et planent les oiseaux marins de toutes sortes, ou Trouville, station balnéaire proche : il y a quelques années, la mairie y a eu recours à un drone pour s’attaquer à la prolifération des nids…

« Sans gêne »

Car le goéland dérange, au point d’être qualifié de « sans gêne » il y a deux ans à Marseille (sud-est), dans un très officiel communiqué autorisant par arrêté préfectoral l’euthanasie de certains de ces volatiles, appelés « gabians » localement.

À mille lieues du « Vieux Goéland », poème de l’écrivain français du XIXe siècle Jules Barbey d’Aurevilly : « C’était un fier oiseau, farouche et solitaire, Au bec crochu d’or pâle, aux pieds d’ambre, à l’œil clair… ».

Il est vrai qu’au XXIe siècle, le « fier oiseau » est davantage associé en milieu urbain à son intérêt pour les ordures ménagères qu’à une pêche à pied le long des plages.

Pour M. Siblet, la raréfaction de leur nourriture sur le littoral, dont l’écosystème a été perturbé par les activités humaines (loisirs, constructions…), explique en partie pourquoi certains se sont installés en région parisienne. Omnivores, ils y « trouvent une nourriture relativement abondante » grâce aux déchets des humains.

« De surcroît, en hiver, ils n’hésitent pas à faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller sur des décharges à ciel ouvert qui avoisinent l’agglomération parisienne, ils s’y alimentent abondamment, ils ont moins de mortalité, ce qui fait qu’ils reviennent l’année suivante, plus nombreux », ajoute-t-il en pointant aussi l’absence de prédateurs dans la région, hormis chats et éventuels renards qui cependant n’accèdent pas aux toits des immeubles.

Pour autant, l’ornithologue « ne croit pas qu’on puisse assister à une explosion du nombre de goélands » dans Paris même : « l’effort nécessaire pour aller s’alimenter sur des décharges, situées dans les départements périphériques, serait trop important ».

Et quand bien même leur nombre augmenterait, « il faut raison garder », plaide-t-il: « ce cri est infiniment plus sympathique que toutes les nuisances » sonores en ville: « sirènes, cris de la foule » ou même perceuse du voisin…

© AFP

Media Query: