Zarif, cheville ouvrière de l’accord sur le nucléaire iranien

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Photo prise le 13 février 2019 du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, qui a annoncé sa démission le 25 février 2019 © AFP/Archives ATTA KENARE

Photo prise le 13 février 2019 du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, qui a annoncé sa démission le 25 février 2019
© AFP/Archives ATTA KENARE

Téhéran (AFP) – Visage affable de la République islamique, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, visé par des sanctions américaines, a été l’artisan pour Téhéran de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Au lendemain de l’accord de Vienne, fruit d’années d’âpres négociations entre Téhéran et les grandes puissances, des milliers d’Iraniens descendus dans la rue scandaient le nom de Zarif.

Le diplomate en chef iranien était alors célébré pour son rôle dans l’accord du 14 juillet 2015, qui plaçait sous contrôle international strict le programme nucléaire iranien, en échange d’une levée des sanctions économiques.

Quatre ans plus tard, le pacte ne tient plus qu’à un fil depuis le retrait unilatéral de Washington en mai 2018, et M. Zarif est désormais soumis à des sanctions américaines.

Souriant, mais réputé comme un redoutable négociateur, M. Zarif, âgé de 59 ans, a passé une grande partie de sa vie aux Etats-Unis, ce qui le rend hautement suspect aux yeux des ultraconservateurs iraniens.

Ministre des Affaires étrangères depuis août 2013, il a consacré l’essentiel de son temps à la négociation de l’accord nucléaire. Durant les discussions marathon menées en Suisse, à Vienne ou à New York, il a rencontré à de multiples reprises son homologue américain de l’époque John Kerry, tissant des relations personnelles et cordiales avec le représentant du « grand Satan » américain.

Bête noire des ultraconservateurs iraniens –qui n’ont jamais accepté cet accord ni la politique de détente du président iranien Hassan Rohani vis-à-vis de l’Occident–, M. Zarif a vu les critiques de ses adversaires s’intensifier contre lui après la décision du président américain Donald Trump de quitter l’accord en mai 2018.

Titulaire d’un doctorat en droit international de l’université de Denver (Ouest des États-Unis), M. Zarif connaît parfaitement la culture américaine.

Pour Hooman Majd, journaliste irano-américain auteur de plusieurs ouvrages sur l’Iran et qui a suivi les négociations nucléaires, il « est probablement le diplomate et le négociateur le plus doué de la République » islamique.

« Monsieur l’ambassadeur »

Élevé dans une famille religieuse à Téhéran, M. Zarif raconte dans ses mémoires, intitulés « Monsieur l’ambassadeur », n’avoir écouté aucune chanson « jusqu’à 15 ans ».

Son engagement pour une République islamique remonte à son adolescence. À 16 ans, alors qu’il est menacé d’être arrêté par la police du Chah, ses parents l’envoient finir ses études secondaires à San Francisco, où il devient membre de l’Association islamique des étudiants.

Il y côtoie le frère d’Akbar Hachemi Rafsandjani, futur président de la République islamique (de 1989 à 1997) et d’autres responsables en devenir.

Dans ses mémoires, M. Zarif raconte qu’aux États-Unis, sa femme, « croyante et révolutionnaire », a refusé pendant dix ans dans les années 1980 d’avoir une télévision à la maison pour éviter les mauvaises influences.

Mais plus tard, elle est devenue une adepte de Mohammad Esmail Dulabi, un mystique chiite dont l’enseignement l’a transformée en une « personne calme avec beaucoup de patience et de tolérance ». « Cela a eu une grande influence sur notre famille », raconte M. Zarif, qui a deux enfants.

Soucieux de son apparence, bouc blanc bien taillé sur un visage rond, il porte toujours d’élégants costumes sombres sur des chemises claires à col Mao.

En 1980, après la rupture des relations diplomatiques entre l’Iran et les États-Unis provoquée par la prise d’otages à l’ambassade américaine à Téhéran, il est chargé de fermer le consulat d’Iran à San Francisco. Puis il étudie les relations internationales.

Parallèlement, il intègre la délégation iranienne à l’ONU où il devient ambassadeur, de 1989 à 1992 puis de 2002 à 2007. Entre ces deux affectations, il sera vice-ministre des Affaires étrangères pendant une décennie.

Limogé en 2007 par le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, il rejoint le Centre de recherches stratégiques dirigé par le réformateur Hassan Rohani, qui le fera ministre des Affaires étrangères après son élection en juin 2013.

Les deux hommes se connaissent bien : ils ont fait partie de l’équipe qui a négocié en 1988 un cessez-le-feu avec l’Irak, puis la libération d’otages américains au Liban en 1991.

En 2003, M. Zarif était ainsi avec M. Rohani, alors chef de l’équipe iranienne chargée de négocier sur le nucléaire, lorsque ce dernier a accepté de suspendre l’enrichissement d’uranium des sites nucléaires d’Iran avant que cette accord ne soit dénoncé en 2005 par M. Ahmadinejad.

© AFP

actu GoodPlanet

Programme du week-end

Chaque week-end la Fondation GoodPlanet propose une programmation enga...
Media Query: