Sécheresse : « On sort du dogmatisme de la gestion de l’eau », se félicite Larcher

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Le président du Sénat Gérard Larcher dans son bureau à Paris, le 24 juillet 2019 © AFP Martin BUREAU

Le président du Sénat Gérard Larcher dans son bureau à Paris, le 24 juillet 2019
© AFP Martin BUREAU

Paris (AFP) – « On sort du dogmatisme de la gestion de l’eau », s’est félicité mercredi le président du Sénat Gérard Larcher (LR), alors que le gouvernement a affirmé, en pleine sècheresse, sa volonté de faciliter le développement de retenues d’eau pour l’irrigation de l’agriculture.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume prend le problème « à bras le corps, maintenant il faut que le gouvernement et le Parlement aient le courage de traiter cette question de la gestion de l’eau, sans doute différente d’il y a 30 ans », a déclaré M. Larcher dans un entretien à l’AFP.

« Je crois qu’il y a une prise de conscience qui permet de sortir du dogmatisme des uns ou d’une forme d’immobilisme des autres », a ajouté le président du Sénat.

« Aujourd’hui, je veux affirmer devant le Sénat que l’agriculture sera résiliente si elle est irriguée, ou elle ne sera plus, et il y a un grand pan de l’agriculture qui disparaîtra », a affirmé mardi M. Guillaume, questionné au Sénat sur la sécheresse qui affecte les agriculteurs, et plus particulièrement les éleveurs.

Le ministre a rappelé avoir, avec le ministère de la Transition écologique, envoyé une instruction dans tous les départements le mois dernier « pour autoriser la construction de retenues d’eau à multi-usages qui doivent permettre l’irrigation de l’agriculture ».

Il a aussi indiqué que « le gouvernement serait preneur d’une proposition de loi » pour sécuriser ces projets, régulièrement attaqués devant les tribunaux administratifs.

« Ce qu’a dit le ministre hier nous le partageons depuis très longtemps », a déclaré M. Larcher, soulignant que M. Guillaume avait été « applaudi sur tous les bancs », ce qui « démontre que la réalité territoriale est vraiment présente au Sénat ».

M. Larcher a également souligné « la démarche de solidarité qui est en train de se mettre en place des zones céréalières en direction de zones d’élevage ».

© AFP

Media Query: