Powell, le patron de la Fed, croit « au changement climatique »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell le 10 juillet 2019 à Washington DC © AFP Brendan Smialowski

Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell le 10 juillet 2019 à Washington DC
© AFP Brendan Smialowski

Washington (AFP) – Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell « croit au changement climatique » et la Fed étudie comment les épisodes de météo extrême peuvent affecter l’économie.

« L’accroissement d’épisodes d’intempéries sévères est-il dû au changement climatique ? », a demandé un sénateur au patron de la Fed devant la commission bancaire jeudi. « Oui, je le crois », a répondu M. Powell.

Il n’a néanmoins pas indiqué si la Banque centrale avait accéléré ou modifié ses recherches sur les impacts du climat sur l’économie depuis la multiplication d’épisodes de météo sévère ces dernières années.

« Nous avons fait beaucoup de recherches à la Fed sur les intempéries et leurs effets sur l’économie », a-t-il affirmé.

« Nous exigeons que les institutions financières que nous supervisons aient un plan permettant de faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes, en particulier ceux situés dans des zones exposées à un risque accru d’intempéries », a-t-il déclaré.

Toutefois, il a ajouté que le changement climatique était perçu comme « un problème à longue échéance » et n’était pas « incorporé au jour le jour » dans la surveillance des opérations bancaires ou l’établissement des prévisions économiques.

Le patron de la Fed a également été interrogé sur l’apport que représente l’immigration à l’économie américaine alors que l’administration Trump est partie en guerre contre l’immigration illégale.

« Qu’ils entrent légalement ou illégalement, ces gens viennent gonfler notre force de travail et ils contribuent certainement à la croissance du Produit intérieur brut (PIB) », a déclaré M. Powell.

« La croissance, c’est la conjugaison des gains de productivité avec l’augmentation de la population active et l’immigration a contribué pour moitié à la progression de notre force de travail ces dernières années, donc c’est important », a-t-il ajouté.

M. Powell n’a pas voulu trancher sur la question de l’immigration illégale et ses effets notamment sur l’évolution des salaires.

« Il y a eu beaucoup d’études sur le sujet et cela n’a pas été conclusif. Il y a des recherches pour dire que (l’immigration illégale) n’a pas beaucoup d’impact et d’autres affirment qu’elle a un effet modeste » sur les salaires.

© AFP

Media Query: