La candidate de Trump à l’ONU promet de ne pas être un obstacle aux discussions sur le climat

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Kelly Craft le 19 juin 2019 © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP Stefani Reynolds

Kelly Craft le 19 juin 2019
© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP Stefani Reynolds

Washington (AFP) – Choisie par Donald Trump pour être ambassadrice des États-Unis à l’ONU, la diplomate Kelly Craft a promis mercredi de ne pas être un obstacle à la diplomatie du climat, bien que la fortune de sa famille vienne du charbon.

Lors de son audition de confirmation devant le Sénat américain, Mme Craft a affirmé qu’elle ne participerait pas personnellement aux discussions évoquant le charbon à l’ONU.

« Je m’engage devant vous : quand le charbon fera partie de la conversation sur le changement climatique à l’ONU, je me récuserai », a-t-elle dit au sénateur démocrate Ed Markey, un écologiste convaincu.

« Je comprends, c’est une question à laquelle on doit répondre. Je comprends aussi que les combustibles fossiles ont joué un rôle dans le changement climatique », a-t-elle ajouté.

Mais elle n’a montré aucun désaccord avec M. Trump sur sa décision de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. « Nous ne sommes pas obligés de faire partie d’un accord pour être des leaders », a-t-elle jugé.

Elle n’a pas non plus dit qu’elle ne participerait pas aux discussions impliquant l’ensemble des combustibles fossiles.

Mme Craft, donatrice de longue date du parti républicain, est mariée au milliardaire Joe Craft, un industriel du charbon. Elle est aussi ambassadrice des États-Unis au Canada.

Le démocrate Robert Menendez l’a pressée lors de l’audition de fournir des documents sur le temps qu’elle a consacré à sa profession actuelle.

Le site d’information Politico a en effet affirmé que Mme Craft avait été absente pendant plus de 300 jours depuis qu’elle était devenue ambassadrice.

Mme Craft s’est défendue devant les élus, assurant qu’elle travaillait dur.

La première ambassadrice de M. Trump aux Nations unies, Nikki Haley, a quitté son poste à la fin de l’année dernière. Le président avait ensuite désigné Heather Nauert, ancienne présentatrice de Fox News devenue porte-parole du département d’État, pour la remplacer, mais elle a renoncé au poste avant même que sa nomination ne soit notifiée au Sénat.

© AFP

À lire également : Projet de loi énergie : les députés décrètent « l’urgence écologique et climatique »

Media Query: