Malaisie : trois éléphant empoisonnés près de palmiers à huile

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Un éléphant mort à Kluang, dans l'Etat de Johor dans le sud de la Malaisie, sur une photo non datée fournie par le Département des parcs nationaux et de la faune sauvage le 7 juin 2019 © Malaysia Department of Wildfife and National Parks/AFP Handout

Un éléphant mort à Kluang, dans l’Etat de Johor dans le sud de la Malaisie, sur une photo non datée fournie par le Département des parcs nationaux et de la faune sauvage le 7 juin 2019
© Malaysia Department of Wildfife and National Parks/AFP Handout

Kuala Lumpur (AFP) – Trois éléphants sont morts empoisonnés près d’une plantation de palmiers à huile de Malaisie, où il est fréquent que des pachydermes soient abattus par des agriculteurs qui leur reprochent d’empiéter sur leurs terres.

La police de l’État de Johor, dans le sud de la Malaisie, a fait la découverte macabre et alerté les gardes forestiers, a déclaré vendredi à l’AFP Abdul Kadir Abu Hashim, directeur du Département des parcs nationaux et de la faune sauvage.

Les trois femelles appartenaient probablement à un troupeau d’une trentaine d’éléphants vivant dans une réserve voisine.

« Nous avons procédé à une autopsie sur les éléphantes âgées de 18 à 22 ans et elle a révélé qu’elles avaient été empoisonnées », a-t-il dit. « Je suis choqué et attristé par cet incident. Si ça continue, tous nos éléphants sauvages vont disparaître ».

Les clôtures électrique installées par les agriculteurs pour protéger leurs cultures ne fonctionnent plus dans la zone, a-t-il expliqué.

La Malaisie a connu toute une série d’incidents de ce type dus à l’expansion démographique, l’augmentation des surfaces mises en culture et la perte de l’habitat des éléphants qui sont une espèce en danger.

L’année dernière, six éléphants pygmée avaient été retrouvés morts empoisonnées dans des plantations de palmiers à huile dans l’État oriental de Sabag.

D’après les écologistes, il ne reste plus que 1 500 éléphants sauvages en Malaisie.

La Malaisie possède de vastes forêts pluviales et comprend de multiples espèces animales, des éléphants aux orangs-outangs en passant par les tigres, mais les populations de nombreuses espèces rares ont été fortement réduites ces dernières décennies.

Nombre d’espèces en danger sont également recherchées pour leurs organes qui servent à la médecine traditionnelle en Chine et ailleurs en Asie.

© AFP

Media Query: