« C’est vraiment cochon » : des décharges sauvages perdurent en Guyane

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

La décharge de Grand-Santi, près du fleuve Maroni, le 27 mars 2019 en Guyane © AFP/Archives jody amiet

La décharge de Grand-Santi, près du fleuve Maroni, le 27 mars 2019 en Guyane
© AFP/Archives jody amiet

Cayenne (AFP) – À même le sol et à l’air libre, la décharge de Maripasoula, en Guyane, « c’est vraiment cochon », tempête un chef coutumier. Dans ce territoire français d’Amérique du sud, les décharges de trois communes du fleuve Maroni, pourtant condamnées en 2007 par l’Union européenne, perdurent.

« Lorsqu’il pleut, le niveau de la crique (rivière, ndlr) monte et ça va dans les poubelles. Et les poissons, ils bouffent les poubelles et nous on mange les poissons et on se lave dans l’eau du fleuve », raconte Constant Acoubi.

Les riverains se plaignent des mouches et de l’odeur, favorisées par la chaleur moite équatoriale. La seule commune de Maripasoula, dans le sud-ouest guyanais, produit annuellement 5 000 tonnes de déchets.

Le 29 mars 2007, la Cour de justice de l’Union européenne a condamné la France par arrêté pour « manquement d’État » face à l’existence de « décharges illégales ou incontrôlées » en Guyane. La France devait se mettre en « conformité » avant 2011.

Huit ans après, alors que le ministre de la Transition écologique François de Rugy est attendu en Guyane le 13 juin, la situation a même empiré, faisant courir à l’État le risque d’une lourde amende.

Maripasoula, Grand-Santi et Papaïchton (30 000 habitants au total), communes enclavées et sous-dotées de l’ouest guyanais à forte démographie, comptent désormais de nouvelles décharges sauvages.

La situation résulte de désaccords sur le financement entre l’État et la communauté de communes de l’ouest guyanais (CCOG), dont l’ex-président, Léon Bertrand, un ancien ministre, a été condamné pour favoritisme et corruption passive dans une affaire de marchés frauduleux.

En 2010, la préfecture de Guyane a pris la maîtrise d’ouvrage déléguée des opérations. Son « plan d’urgence » qui se chiffre aujourd’hui à 7 millions d’euros consistait d’abord à créer des plateformes de gestion des déchets dans les trois communes.

Installations vides

Livrées avec 4 ans de retard, ces unités qui devaient compacter puis stocker les déchets n’ont jamais été utilisées. Mais elles sont gardées nuit et jour depuis « fin 2015 » confirme la CCOG, qui a consacré un budget de 1,3 M€ de gardiennage à ce jour.

À Grand-Santi, les ordures sont déversées dans l’espace public par le camion de ramassage, au pied de la clôture des nouvelles installations, le long d’un chemin en terre qui mène à des habitations et à des champs.

« Il y a tout le temps des enfants qui jouent dans les poubelles », s’alarme le gardien du site assis sur un seau retourné en guise de siège. « Il n’y a rien à faire. Ils ont fait marcher le système une journée et ils n’ont jamais continué », dit-il.

D’après la CCOG, les plateformes ne fonctionnent pas car « les investissements portés par l’État (…) ne comprennent pas la mise à disposition d’une puissance électrique suffisante » pour leur mise en route. La communauté de communes refuse pour sa part de reprendre la compétence « déchets » sur le Maroni.

L’intercommunalité, qui n’est pas favorable à la hausse des taxes et du nombre d’assujettis car cela aurait un « impact direct sur les ménages », attend de L’État un engagement sur « l’impossible équation financière » de ce plan d’urgence, chiffré à 1,78 M€ par an, affirme la CCOG.

Réplique de la préfecture : la CCOG « n’a pas avancé » sur le dossier global « malgré les fonds d’investissement mobilisés » et « alors qu’elle s’y était engagée. »

© AFP

Media Query: