Le gouvernement va lister les perturbateurs endocriniens

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

perturbateurs endoctriniens liste

Le gouvernement a présenté lundi son nouveau projet de lutte contre les perturbateurs endocriniens susceptibles d’interférer avec le système hormonal
© AFP/Archives CHARLY TRIBALLEAU

Bordeaux (AFP) – Lister les perturbateurs endocriniens, mieux informer la population… Le gouvernement a présenté lundi son nouveau projet de lutte contre ces substances susceptibles d’interférer avec le système hormonal, un plan accueilli de façon mitigée par les ONG.

Jouets, tickets de caisse, plastiques, peintures, vêtements, produits phytosanitaires… Ces composés chimiques présents dans de nombreux produits de consommation courante sont encore mal connus.

Mais la liste des maux qui leur sont attribués est longue (problèmes de fertilité, croissance, comportement, origine possible de certains cancers…), alimentant l’inquiétude de la population et des ONG.

Il y a un an, un rapport commun de plusieurs organismes publics, dont l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), avait estimé que la France n’avait pas mis en oeuvre les moyens suffisants pour surveiller et étudier ces substances, malgré la première « Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens » (SNPE) de 2014.

La deuxième SNPE 2019-2022, soumise à consultation publique à partir de lundi jusqu’au 8 février, vise notamment à renforcer la protection des populations.

Dans ce but, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) devra publier d’ici 2021 une liste de perturbateurs endocriniens, classés en trois catégories, « suspecté », « présumé » et « avéré ».

« La première phase, c’est de tenir à jour une liste exacte de ce qu’on appelle un perturbateur endocrinien, puisqu’il y a aujourd’hui encore des flous sur certaines molécules, et des débats à l’échelon international », a expliqué à la presse à Bordeaux la ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors du lancement de la consultation publique de la deuxième SNPE, aux Rencontres nationales Santé-Environnement.

« Nous n’avons pas encore la preuve scientifique de toute la toxicité de chacune de ces molécules, a ajouté la ministre, donc il est important, au fur et à mesure, d’alimenter les connaissances pour que les Français puissent eux-mêmes être acteurs de leur santé et se protéger progressivement, s’il apparaît qu’un risque est avéré ».

Le projet présenté lundi par Mme Buzyn et le ministre de la Transition écologique François de Rugy prévoit également la création en 2019 d’un site d’information grand public sur les produits chimiques, dont les perturbateurs endocriniens, une meilleure formation des personnels de santé et le financement de recherches scientifiques spécifiques sur le sujet.

Selon Mme Buzyn, « le site internet qui va être créé sur les perturbateurs endocriniens, sera tenu par l’Agence de santé publique, et mis à jour régulièrement, avec notamment des consignes à tenir. On commencera par les populations les plus vulnérables, les femmes enceintes, les enfants, mais petit à petit on élargira à tous les publics ».

Les ONG ont réagi favorablement à l’annonce du plan, en particulier le classement des perturbateurs.

« Ça c’est positif, la France est à l’avant-garde sur cette question-là, elle veut que les perturbateurs endocriniens soient traités en trois catégories », comme le sont par exemple les substances cancérogènes, a expliqué à l’AFP François Veillerette, de l’ONG Générations Futures.

La définition européenne adoptée difficilement en 2017, qui ne satisfait pas les ONG, exclut les « suspectés » et ne concerne que les produits phytosanitaires et biocides.

En revanche, en matière de protection des consommateurs, les ONG regrettent l’absence de mise en place d’un étiquetage des produits contenant une de ces substances, pour au moins donner le choix aux consommateurs.

« Le meilleur moyen d’informer est via l’étiquetage bien sûr », a insisté Olivier Andrault, de l’UFC-Que Choisir, qualifiant toutefois le plan de « plutôt satisfaisant ».

La future liste officielle rendra « plus facile pour les ONG de pointer du doigt les produits qui contiennent ces perturbateurs endocriniens, et donc d’obliger les pouvoirs publics et les fabricants à agir pour une substitution, ou une interdiction pure et simple », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le projet prévoit à ce stade un travail de concertation pour « guider » l’action des industriels vers la substitution des substances controversées, notamment en identifiant des alternatives.

© AFP

Media Query: