L’ONU veut intensifier la lutte contre le plastique, fléau des océans

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

plastiques

Pollution par le plastique à Ouzai, au sud de Beyrouth, le 19 juillet 2018.
© AFP/Archives JOSEPH EID

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – La présidente de l’Assemblée générale des Nations unies, l’Equatorienne Maria Fernanda Espinosa, a annoncé mardi sa volonté d’intensifier la lutte mondiale contre la pollution des plastiques qui contaminent les corps humains partout sur la planète.

« 80% des plastiques finissent dans les océans. Soit entre 8 et 12 millions de tonnes » chaque année, a déclaré la présidente lors d’une conférence de presse tenue avec le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, actif contre ce fléau.

« D’ici 2050, il y aura plus de plastique dans les mers que de poissons », a-t-elle mis en garde. « Des micro-plastiques sont désormais trouvés dans le sel et dans l’eau » et à cause de cela « chaque personne sur la planète est présumée avoir du plastique dans son corps », a précisé Maria Fernanda Espinosa.

L’intensification de la lutte mondiale vise à compléter des efforts déjà menés entre autres par les organismes ONU environnement, Global Citizen ou National Geographic, a-t-elle précisé.

En février, l’ONU Environnement avait donné le coup d’envoi d’une campagne mondiale, #OcéansPropres, visant à mettre fin aux déchets plastiques.

Lancée lors du Sommet mondial sur les océans organisé à Bali, la campagne #OcéansPropres appelle les gouvernements à adopter des politiques de réduction du plastique, interpelle les industries à minimiser les emballages plastiques et à repenser la conception des produits, et invite les consommateurs à changer leurs habitudes du tout-jetable – avant que les océans ne soient endommagés de manière irréversible.

L’action de la présidente de l’Assemblée générale a pour objectif d’intensifier via les Nations unies la prise de conscience des dégâts causés par le plastique et à limiter son usage dans les agences onusiennes.

Dans le cadre d’une campagne d’information, elle se traduira aussi par plusieurs évènements dont un à New York au printemps pour saluer les initiatives individuelles ou collectives contre le plastique et une signature d’engagements en avril avec Antigua-et-Barbuda et la Norvège.

© AFP

Media Query: