Explosion chimique dans une ville des JO-2022 : 22 morts

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

explosion chimique

Des militaires chinois sur les lieux d’une explosion près d’une usine chimique, le 28 novembre 2018 à Zhangjiakou, à 200 km au nord-ouest de Pékin
© AFP FRED DUFOUR

Zhangjiakou (Chine) (AFP) – Au moins 22 personnes ont été tuées et 22 autres blessées par l’explosion mercredi en Chine d’un camion transportant des produits chimiques devant une usine, dans une ville-hôte des JO d’hiver 2022, selon les autorités et des médias d’État.

L’explosion a touché 38 poids lourds et 12 voitures, détruits par le feu devant l’usine du groupe Hebei Shenghua Chemical à Zhangjiakou, localité située à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Pékin, a annoncé la municipalité sur le réseau social Weibo.

Les blessés ont été conduits à l’hôpital après la déflagration qui s’est produite à 00H41 locale (16H41 GMT mardi), selon le communiqué.

L’incident se serait produit à l’entrée de l’usine, lorsqu’un véhicule transportant des produits dangereux a explosé, entraînant une réaction en chaîne, a indiqué l’agence de presse Chine nouvelle, qui cite la municipalité. La télévision d’État CCTV évoque un « camion-citerne ».

Du gazon et des arbres ont été noircis par l’explosion et des braises fumaient encore en début d’après-midi dans la zone frappée par la déflagration, une route située devant l’usine, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Peu après minuit, quand j’ai éteint mon téléphone pour aller au lit, j’ai entendu un énorme boum, suivi de plusieurs autres. Ça a tremblé et deux morceaux du plafond sont tombés », a raconté M. Zhang, le responsable d’une usine voisine qui loge dans un dortoir à proximité du site de l’explosion.

« Quand j’ai regardé par la fenêtre, j’ai vu une énorme boule de feu qui se propageait. J’ai entendu que certaines personnes sont mortes. Cela doit être des chauffeurs de camions, parce que la nuit, il y en a toujours plein qui font la queue pour entrer dans l’usine. »

Des vidéos et photos diffusées par les médias chinois montraient plus tôt de nombreuses carcasses de véhicules entièrement carbonisés, des immeubles noircis par la suie et des pompiers utilisant leur lance à incendie.

« Des travaux de recherche et de secours ainsi qu’une enquête sur les causes de l’accident sont en cours », selon les autorités.

La commune de Zhangjiakou, très étendue et qui comprend un centre urbain ainsi qu’une vaste zone rurale, est l’un des sites retenus pour les épreuves des jeux Olympiques d’hiver de Pékin en 2022. Elle devrait notamment accueillir les compétitions de ski de fond et de snowboard.

L’usine où s’est produite l’explosion est éloignée de quelques dizaines de kilomètres des lieux de compétition.

La Chine a été le théâtre de plusieurs accidents industriels ces dernières années.

En juillet, une explosion dans une usine chimique a fait 19 morts et 12 blessés dans la province du Sichuan (sud-ouest). L’entreprise avait illégalement engagé des travaux qui n’avaient pas passé de tests de sécurité, selon les autorités.

En 2016, une déflagration dans la canalisation d’une centrale électrique avait tué au moins 21 personnes dans le centre du pays.

L’année précédente, une énorme explosion dans un entrepôt de produits chimiques avait fait au moins 165 morts dans la ville portuaire de Tianjin (nord), générant une polémique autour des causes de la catastrophe et de son impact écologique.

Le site industriel incriminé stockait quelque 700 tonnes de cyanure de sodium hautement toxique, parmi des milliers de tonnes d’autres composants chimiques dangereux.

L’ancien maire de la ville, qui avait dirigé le comité chargé de gérer la catastrophe, a été condamné l’an dernier à 12 ans de prison pour corruption.

© AFP

Media Query: