Énergie : Rugy évoque des « objectifs réalistes » en matière d’éolien en mer

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

éolien en mer

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy à l’Assemblée nationale à Paris, le 27 novembre 2018
© AFP CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Brest (AFP) – « Nous avons souhaité avoir des objectifs réalistes », s’est justifié mercredi le ministre de la Transition écologique François de Rugy, au lendemain des annonces de l’exécutif pour développer les énergies marines renouvelables, froidement accueillies par les professionnels du secteur.

« Je comprends que les industriels des énergies marines renouvelables veuillent plus et tant mieux, ça veut dire que nous avons des filières économiques et industrielles en France qui souhaitent s’engager à fond dans les énergies renouvelables », s’est félicité le ministre devant la presse, à Brest, à l’occasion des Assises économiques de la mer.

« Pour autant, nous avons souhaité avoir des objectifs réalistes, réalistes au vu du développement technologique notamment pour ce qu’on appelle l’éolien flottant, mais aussi du point de vue économique », a-t-il noté.

« Nous souhaitons avoir une compétitivité prix de l’électricité produite par les énergies marines renouvelables qui soit aussi grande que possible », a fait valoir M. de Rugy, appelant de ses voeux à « une forme de pression sur les industriels pour que l’on ait les meilleurs prix ».

« Évidemment, nous pourrons évoluer dans le futur sur l’augmentation des capacités si on a une baisse de prix », a-t-il assuré.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les dix ans à venir a été présentée mardi par le président Emmanuel Macron et le ministre de la Transition écologique.

Ils ont promis un triplement de l’éolien terrestre d’ici 2030. Concernant l’éolien en mer, le premier parc sera mis en service au large de Saint-Nazaire durant le quinquennat « et nous lancerons quatre nouveaux appels d’offres », a indiqué Emmanuel Macron.

L’exécutif vise ainsi jusqu’à 35,6 gigawatts (GW) de capacités dans l’éolien terrestre en 2028 et jusqu’à 5,2 GW en mer.

« Si les objectifs pour l’éolien terrestre sont juste satisfaisants, les jalons posés pour l’éolien en mer ne permettront pas d’assurer une transition énergétique pérenne et de déployer cette filière industrielle et les emplois qui y sont attachés », a regretté France Energie Eolienne dans un communiqué.

© AFP

Media Query: