La bioaccumulation aux PCB menace la survie de la moitié des populations d’orques

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

orque pcb

Un orque nage le 01 juillet 2007 dans les mers Australes au large de l’archipel des Crozet.
© MARCEL MOCHET / AFP PHOTO

Une étude publiée dans la revue Science estime que la moitié des populations d’orques pourrait disparaitre dans les 100 prochaines années à cause de l’impact des PCB (polychlorobiphényles), une substance toxique classée comme Polluant Organique Persistant (POP) sur leur santé et leur système reproductif.

Bien qu’interdits depuis les années 1980, les PCB étaient présents dans de nombreux produits en plastique et électriques. Or, ils se retrouvent dans les océans avec une partie des déchets. La faune marine ingurgite des plastiques et des microfragments de plastiques, et donc du PCB qui s’accumule en passant d’une espèce à l’autre. Cette substance se retrouve au final chez les orques. Car ces dernières sont au bout de la chaine alimentaire. Les PCB perturbent le fonctionnement de leur système ovarien et réduisent aussi leurs défenses immunitaires, rapporte la BBC.

Paul Jepson, biologiste au Zoo de Londres commente : « plus de la moitié des populations d’orques va diminuer. Les PCB sont des produits très toxiques qui restent dans l’environnement. Et, les orques, qui après un long parcours, sont l’espèce la plus exposée sur Terre à ces polluants. »

 

Media Query: