La maladie prospère sur les platanes du canal du midi, un site Unesco potentiellement menacé ?

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

canal du midi

Des cyclistes le long du canal du midi près de Mas-Saintes-Puelles le 19 septembre 2018
© AFP ERIC CABANIS

Castelnaudary (France) (AFP) – « Hélas, la maladie prospère »: le long du Canal du Midi, le chancre coloré continue ses ravages sur les platanes centenaires, une catastrophe environnementale qui, ajoutée à d’autres maux, fait planer une inquiétude sur un possible déclassement Unesco du site, injustifiée pour certains.

Entre Castelnaudary et Alzonne (Aude), le calme règne le long de l’ouvrage lancé il y a plus de 350 ans par le roi Soleil. Sous la voûte arborée, qui se teinte peu à peu de ses couleurs d’automne, les péniches des touristes, encore nombreuses, glissent lentement entre deux écluses. Et le chemin de halage accueille son lot quotidien de joggeurs et de randonneurs à vélo.

Mais le charme bucolique est bientôt rompu par le travail des élagueurs, sur les berges. En quelques dizaines de minutes, les puissantes mâchoires d’une pelle sécateur et les tronçonneuses viendront à bout des arbres centenaires contaminés par le chancre coloré, et par précaution de ceux autour.

L’abattage est la seule solution face à ce champignon contagieux qui résiste à tout traitement.

D’ici novembre et la fin de la campagne 2018 d’abattage, 22.000 arbres auront été coupés sur les 42.000 plantés au milieu du XIXè siècle. « Et on en aura replanté environ 8.000 », de différentes essences — chênes chevelus, pins parasols, micocouliers, érables — souligne Jean Abèle, le directeur territorial des Voies navigables de France (VNF), l’établissement public gestionnaire de l’ouvrage.

Coût de l’opération avec la rénovation des berges: 220 millions d’euros, répartis selon un schéma défini en 2011 en trois tiers entre l’Etat, les collectivités et le mécénat et autres financements.

Mais « dans une trentaine d’années, assure Jean Abèle, la voûte arborée, image emblématique du canal », classé depuis 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, « sera reconstituée ».

Un classement qui fait le bonheur de tous les territoires traversés, de Toulouse à Sète: les retombées économiques du canal sont estimées à environ 44 millions par an selon les VNF.

Cette manne pourrait-elle un jour être mise à mal ? En Occitanie, certains s’interrogent en effet sur une possible perte du précieux label.

Car le canal souffre de plusieurs maux. Entre autres d’une pollution, « qui a empiré », assure Pierre Cardinal, un entrepreneur par ailleurs secrétaire général du club économique Toulouse au Fil de l’O.

Et de citer pèle mêle ces eaux usées rejetées dans le canal par des péniches dépourvues de cuves de récupération, l’envasement, des déchets qui stagnent dans le fond de l’ouvrage. M. Cardinal évoque aussi la brutale mortalité de poissons lors d’un épisode de fortes chaleurs mi-août. « L’image du canal est catastrophique à ce niveau-là », déplore Pierre Cardinal.

Ce dernier dénonce par ailleurs les baisses d’effectifs des VNF et par voie de conséquence, le « manque d’entretien » du canal.

Autre problème: la question du plan de gestion du canal, une exigence de la part de l’Unesco pour les sites classés.

Aujourd’hui, un comité de bien public, constitué par l’ensemble des acteurs mobilisés autour du canal, regroupe des représentants « des 92 communes traversées, des associations, les différentes collectivités territoriales, l’Etat par les VNF », détaille Dominique Salomon, vice-présidente de la région Occitanie, chargée du patrimoine.

« C’est peu propice à une gestion efficace », reconnaît Mme Salomon. « Le préfet (Pascal Mailhos NDLR) et la présidente de la Région (Carole Delga NDLR) ont décidé de convenir d’une gouvernance plus ramassée. Ca doit être finalisé », ajoute Mme Salomon, qui insiste sur « la volonté commune d’assurer la pérennité du site ».

De bon augure avant le prochain rapport d’évaluation de l’Unesco en 2019.

Reste que dans la presse, la question d’un éventuel déclassement est régulièrement posée. Un risque auquel ne croit pas Pierre Cardinal, qui rappelle que « l’Unesco a très rarement enlevé son agrément ».

Les VNF partagent ce sentiment, maintenant que le canal est « dans la logique du plan de gestion, pour assurer, conforter et garantir le devenir de cet ouvrage », assure Jacques Noisette, directeur de la communication de l’établissement public.

© AFP

Media Query: