Hallstatt, capitale préhistorique de l' »or blanc » avec sa mine de sel, en péril

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

mine de sel

La mine de sel de Hallstatt en Autriche, surplombant un lac naturel, le 16 août 2018
© AFP Alex HALADA

Hallstatt (Autriche) (AFP) – C’est la plus vieille mine de sel au monde et une source inépuisable de découvertes archéologiques: le site de Hallstatt, dans les Alpes autrichiennes, va faire l’objet de travaux de consolidation destinés à protéger ses principales galeries contre l’avancée de la montagne.

Lancé mi-août, le chantier vise à « préserver pour les générations futures » ce lieu classé en 1997 au Patrimoine mondial par l’Unesco, rappelle Thomas Stelzer, gouverneur de le province de Haute-Autriche (ouest), où il est situé.

« Comme dans toutes les mines, la terre exerce une pression sur les galeries et menace de les refermer si rien n’est entrepris », explique l’archéologue Hans Reschreiter, responsable des fouilles.

Mais Hallstatt n’est pas une mine comme les autres. Exploité depuis 7.000 ans, le site n’est rien moins que le plus ancien lieu d’extraction minière de sel au monde. Et il a abrité dans la première moitié du 1er millénaire avant JC une civilisation à la richesse inouïe en Europe à laquelle il a donné son nom, la « Civilisation de Hallstatt ».

Surplombant un lac naturel aujourd’hui mitraillé par des millions de touristes venus du monde entier admirer un paysage alpin de carte postale, la combe de Hallstatt, à plus de 800 mètres d’altitude, abrite un gigantesque gisement de sel, résidu d’un océan qui se trouvait là il y a 250 millions d’années et poussé vers les sommets par les fantaisies de la géologie.

Exhumé en 1838, « un +piolet de mineur+ en corne de cerf atteste que dès 5000 ans avant JC, on s’est efforcé d’extraire du sel ici », rappelle M. Reschreiter pour l’AFP.

Mais c’est la découverte au milieu du 19e siècle d’une nécropole sans équivalent qui va consacrer la célébrité du site et valoir au premier Age de fer de porter le nom de celui-ci.

« Des milliers de corps ont été exhumés exhibant, presque tous, de riches ornements en bronze, normalement réservés aux plus fortunés. Les ossements portent la marque d’un dur labeur physique effectué dès l’enfance, tout en arborant des signes de prospérité sans égale », note M. Reschreiter.

Car le sel, longtemps surnommé l' »or blanc », est à l’époque sans prix, et Hallstatt en produit alors jusqu’à une tonne par jour, approvisionnant « la moitié de l’Europe », selon ce spécialiste.

« Cette localité difficile d’accès était devenue en 800 avant JC la plus riche du continent et une plate-forme majeure d’échanges », assure-t-il. En témoignent notamment les épées à manche d’ivoire africain ou encore les vasques de vin méditerranéen trouvées sur place.

Une seconde vague de fouilles, lancées il y a une soixantaine d’années par le Museum d’histoire naturelle de Vienne, a offert une autre série de surprises.

Dans des restes de galeries enfouies à plus de 100 mètres sous terre, les archéologues ont ainsi découvert des « témoignages uniques d’une activité industrielle de l’âge du Bronze (entre 3000 et 1000 av. JC) », relève M. Reschreiter, soulignant que l’activité minière employait alors un grand nombre de personnes et s’effectuait de façon très organisée.

Outre du bois de soutènement vieux de plus de 3.000 ans et parfaitement conservé par le sel, ces fouilles ont permis de mettre au jour quantité d’outils usagés et de gants en cuir, ainsi que des millions de chutes de torches d’éclairage en pin.

Clou de ces découvertes: une corde grosse comme le poing ainsi qu’un escalier en bois long de huit mètres et datant de 1100 avant JC, le plus vieux d’Europe. « Il est si bien conservé qu’il a pu être démonté et remonté sans encombre », souligne l’archéologue.

La mine n’a jamais cessé son activité depuis la préhistoire. Elle fut également exploitée par les Celtes –dont Hallstatt est parfois considéré comme la « capitale »– et utilisée à l’époque romaine pour verser en nature le « salaire » des légionnaires stationnés sur le Danube.

Elle emploie aujourd’hui encore une quarantaine de personnes, livrant l’équivalent de 250.000 tonnes de sel par an grâce à une technique d’extraction par eau à haute pression.

« Le sel n’a plus la même valeur que dans l’Antiquité. Mais grâce à la multiplication des usages, notamment dans l’industrie pharmaceutique et la chimie, il offre encore des débouchés à haute valeur ajoutée », relève Kurt Thomanek, directeur technique de l’exploitant Salinen Austria.

C’est d’ailleurs via les galeries modernes de la mine qu’ont pu être découvertes les galeries préhistoriques, souligne M. Reschreiter. « La coopération (avec l’exploitant) se passe de façon optimale. Heureusement, car nous n’avons fouillé qu’1 à 2% du site à ce jour », souligne-t-il.

Retour sur investissement: « les activités touristiques liées aux découvertes archéologiques représentent désormais un des piliers de notre activité », reconnaît M. Thomanek. Quelque 200.000 personnes ont visité la mine de Hallstatt l’an passé.

© AFP

Media Query: