Une étude révèle l’impact des paradis fiscaux sur la dégradation de l’environnement

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

paradis fiscaux

© AFP PHOTO / SONNY TUMBELAKA

Les flux financiers venus des paradis fiscaux contribuent à la détérioration de l’environnement. C’est ce qui montre une étude sur le financement de la déforestation pour produire du soja et du bœuf en Amazonie au Brésil et sur les navires impliqués dans la surpêche conduite par le Stockholm Resilience Center publiée dans la revue scientifique Nature. Il en ressort que 68 % des investissements étrangers, soit plus de 18 milliards de dollars entre 2000 et 2011 dans 9 compagnies brésiliennes du soja et de la viande bovine, 2 activités responsables de la déforestation de l’Amazonie, proviennent de paradis fiscaux. Près de 90 % de ces fonds proviennent des îles Caïmans.

L’étude s’arrête aussi sur la pêche. Elle a constaté que 4 % des navires de pêche dans le monde pratiquent une pêche non-déclarée ou illégales. Mais, 70 % d’entre eux ont des pavillons de complaisance situés dans des paradis fiscaux.

Le directeur de l’étude Victor Galaz, du Stockholm Resillence Center, souligne que : « le recours aux paradis fiscaux n’est plus seulement un problème sociopolitique et économique, c’est également un problème environnemental. Bien que la juridiction des paradis fiscaux ne soit pas illégale, le secret bancaire ralentit l’analyse des flux financier et donc de la manière dont ils affectent l’activité économique sur le terrain et son impact écologique. » Les chercheurs estiment que les pertes fiscales engendrées par le recours aux paradis fiscaux équivaut à une subvention indirecte aux activités qui dégradent l’environnement.

Media Query: