Pollution à l’ozone: vitesse réduite de 20 km/h en Île-de-France mardi

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

pollution à l"ozone

Episode de pollution à La Défense le 14 octobre 2017
© AFP/Archives OLIVIER MORIN

Paris (AFP) – La circulation en Île-de-France, victime d’un épisode de pollution à l’ozone lié aux fortes chaleurs, sera réduite dès mardi de 20 km/h et les véhicules de plus de 3,5 tonnes devront contourner l’agglomération parisienne, a décidé lundi la préfecture de police de Paris.

Airparif a constaté lundi un taux de concentration à l’ozone compris entre 170 et 200μg/m³, soit un dépassement du seuil d’information et de recommandation qui est de 180 μg/m³. Un nouveau dépassement du seuil, compris entre 180 et 210μg/m³, est prévu mardi, a détaillé la préfecture de police (PP) dans un communiqué.

« Ces deux jours consécutifs constituent un épisode de pollution persistant qui nécessite des mesures d’urgence graduées », selon la PP. Une réunion mardi entre des experts et des élus pourrait conduire, selon l’évolution de la situation, à la « mise en place éventuelle de la circulation différenciée », qui interdit la circulation des voitures les plus polluantes en fonction de leurs vignettes Crit’Air, obligatoires à Paris.

Outre la réduction de la vitesse et les restrictions de circulation pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes, la préfecture a demandé de réduire le fonctionnement des installations fixes des industries dont les émissions de Composés organiques volatils (COV) contribuent à l’épisode de pollution.

La PP recommande également d' »éviter l’utilisation de produits à base de solvants (acétone, vernis, colles, peintures…) » et « insiste sur la nécessité de différer les déplacements en Ile-de-France ou privilégier le covoiturage et les transports en commun ».

Polluant « secondaire », l’ozone se forme sous l’action d’un fort ensoleillement et de températures élevées par la combinaison de deux polluants: les COV, émis par des sources naturelles mais également par l’industrie, et les oxydes d’azote (principalement émis par le trafic routier).

L’ozone peut provoquer des irritations au niveau des yeux, des toux et des problèmes pulmonaires, surtout chez les enfants et les personnes asthmatiques.

© AFP

Media Query: