Japon : réouverture de plages dévastées par la catastrophe de 2011

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

plages fukushima

Des secouristes cherchent des victimes dans la ville de Soma dans la préfecture de Fukushima le 12 mars 2011, au lendemain d’un tremblement de terre qui a provoqué un tsunami et un accident nucléaire
© AFP/Archives TORU YAMANAKA

Tokyo (AFP) – Trois plages dévastées par le tsunami et l’accident nucléaire de mars 2011 ont de nouveau accueilli des baigneurs ce week-end au Japon après des années de reconstruction, avec l’espoir que cela contribuera à changer l’image de la région.

Au fil des ans, les plages de la côte nord-est de l’archipel ont progressivement rouvert, après la construction d’immenses barrages pour protéger les riverains des raz-de-marée.

Mais c’est la première fois que les rivages situés à proximité de la centrale ravagée de Fukushima sont concernés. A environ 40 kilomètres de là, la plage de Haragamaobama, dans la ville de Soma, a ainsi retrouvé son visage d’avant.

« Je suis ravi car la vie à Soma avait toujours été associée à la mer avant le désastre », a confié à l’AFP Hiroyuki Ito, secrétaire général de l’Office du tourisme, qui s’est empressé de tweeter une photo de l’événement sous le compte @somakankokyokai.

Les contrôles de la qualité de l’eau n’ont pas détecté de contamination radioactive depuis plusieurs années maintenant, mais la réouverture a été retardée par la construction d’équipements pour les baigneurs, a-t-il expliqué.

« J’avais l’habitude de jouer sur cette plage chaque été dans mon enfance », se souvient-il. « Malheureusement je n’ai pu laisser ma fille avoir la même expérience ». Elle avait une dizaine d’années au moment du drame de 2011.

« Encore aujourd’hui, quand on tape +Fukushima+ dans Google, les premiers résultats montrent de nombreuses photos de la centrale nucléaire et autres images négatives, mais nos vies reviennent à la normale », assure M. Ito, qui espère attirer des touristes étrangers à Soma.

Plus au nord, deux autres plages ont également rouvert, dans la préfecture de Miyagi.

Le 11 mars 2011, un séisme d’une magnitude de 9,1 a provoqué un tsunami faisant plus de 18.500 morts et un accident majeur à la centrale Fukushima Daiichi. La reconstruction est loin d’être finie et une partie de la région demeure inhabitable.

© AFP

Media Query: