En Australie, l’interdiction des sacs en plastique passe mal

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

sacs plastiques

Un panneau informe les clients d’un supermarché Coles que les sacs plastiques gratuits ne sont plus à disposition, le 2 juillet 2018 à Sydney, en Australie
© AFP Peter PARKS

Sydney (AFP) – La décision de grandes enseignes australiennes de supermarchés d’interdire les sacs en plastique à usage unique fait grincer des dents dans l’immense pays continent, où des clients irascibles s’en sont pris physiquement aux employés.

Les deux grandes chaînes de supermarchés Woolworths et Coles avaient annoncé en 2017 que ces sacs gratuits ne seraient plus à disposition des clients et qu’ils seraient remplacés par des sacs réutilisables à 15 cents australiens pièce (10 centimes d’euros).

La mesure est entrée en vigueur chez Coles dimanche et le 20 juin chez Woolworths mais cette dernière enseigne a été contrainte de la suspendre pour dix jours face au courroux des clients et aux agressions subies par les employés.

D’après l’Association des employés du commerce de détail et de la grande distribution, un syndicat qui représente les vendeurs, sur 141 adhérents ayant répondu à une enquête sur le sujet, 61 ont déclaré qu’ils avaient dû affronter les comportements agressifs de clients.

Hors de lui après avoir appris qu’il n’y avait plus de sacs gratuits dans un supermarché d’Australie-Occidentale, un client a agressé physiquement une caissière.

« Un homme est arrivé aux caisses automatiques (où le client scanne lui-même ses achats) et a insulté une employée », a raconté à l’AFP Ben Harris, le secrétaire adjoint du syndicat.

« Elle lui a fourni des sacs gratuits et s’est excusée. Puis, le client s’est trompé en scannant deux fois un même achat, elle est venue l’aider et il l’a approchée par derrière et lui a mis les mains autour du cou ».

D’autres ont jeté leurs achats par terre de rage avant de quitter le magasin non sans avoir copieusement insulté les employés de caisse.

« Nous comprenons la frustration de certains clients face à ces changements mais ce type d’abus et de comportement violent envers les employés n’est absolument pas excusable », a déclaré dans un communiqué le secrétaire national du syndicat, Gerard Dwyer.

Il a également expliqué que des problèmes d’hygiène s’étaient posés avec des clients apportant des sacs extrêmement sales pour faire leurs courses.

« Parfois, des clients ont tenté d’utiliser des sacs contenant du vomi, des couches sales ou des déjections de rats. C’est évidemment inacceptable et cela représente un risque sanitaire considérable pour le personnel ».

Selon une étude de la revue américaine Science, huit millions de tonnes de débris plastiques sont déversées tous les ans dans les mers et les océans du globe, l’équivalent de 250 kilos par seconde.

De nombreux pays ont pris des mesures pour réduire leur consommation de plastique. En Australie, tous les Etats et territoires ont interdit les sacs plastiques ou prévoient de le faire, à part la Nouvelle-Galles du Sud.

Le commerce de détail encourt des amendes jusqu’à 6.000 dollars australiens (3.800 euros).

© AFP

Media Query: